Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Décadence festive et aberrations récréatives

27 Février 2019, 15:24pm

Publié par Thomas Joly

Pendant que les foudres jupitériennes s'abattent sur toutes sortes de fusibles au nom de l’État de droit, pendant que la France s’enfonce dans davantage de lois ineptes ou liberticides, il est un domaine préservé où les perspectives de libertés, d’emplois et d’investissements font figure d'embellie.

Il y a d’abord le développement intensif du chantage par l’intrusion de hackers dans vos messageries, nouveau développement lucratif de l’imagination foisonnante à l’Est ou en Afrique grâce à Internet. Mais Castaner et Nuñez ont dit que tous les gendarmes étaient mobilisés pour traiter les milliers de plaintes en souffrance, donc pas de souci… Nous y reviendrons.

Mais il y a aussi une autre pépinière de talents qui attend de se déverser en France : l’or vert ! Depuis plusieurs mois, des publicités vous invitent à vous préparer à investir prochainement dans la culture du cannabis dès que le commerce de celui-ci aura été d’abord dépénalisé puis autorisé et réglementé en France ! La plupart des Banques sont bien sûr sur le coup car le profit ne s’est jamais encombré de la moralité, la marche du Progrès étant inexorable, c’est bien connu. Déjà désormais comptabilisés dans le calcul du PIB par l’INSEE sur les vives recommandations de l’Union européenne, les trafics de stupéfiants (sic) limités pour l’instant au cannabis et à la cocaïne, génèrent richesses et emplois. La prostitution les rejoint aussi dans cette comptabilité. Je m’étonne que le crime organisé n’ait pas encore été promu au même podium par la Commission européenne car les mafias d’Europe de l’Est, des Balkans au Caucase, peuvent aussi prétendre à leur part de rentabilité : casinos clandestins, armes de contrebande, limousines, hôtels de passe, trafics multiples, pots-de-vin, contrats, assassinats, rapts etc., il y a effectivement là de quoi doper notre PIB et la cote de popularité du Régime actuel. Chirac et Sarko en avaient peut-être rêvé, Jupiter et Bercy l’ont fait. Ce qui m’étonne le plus, avec une candeur qui me fait honte, c’est que de telles publicités préliminaires soient permises et s’étalent sur la toile et dans la presse. Il est vrai qu’il y a plus « urgent » à traiter en matière de formalités, notamment pour les manifestations, mais quand même !

Avec les banques il y a une autre profession qui a senti la bonne affaire, il s’agit des buralistes et marchands de tabac ! Dès juillet dernier, par la voix du Président de leur Confédération nationale, Philippe Coy, ils avaient martelé « Nous sommes pour le cannabis récréatif s’il est réglementé ! ». Vous avez bien lu. Et ils avaient même réclamé l’exclusivité de sa prochaine distribution dans tout le pays. Quand un buraliste annonce qu’il n’attend que le commerce autorisé d’un poison, fut-il prétendu festif, pour remplacer un autre poison trop dévalué afin de prospérer de nouveau, alors oui, on constate l’effarante décadence des mœurs, des responsabilités, et l’avènement de cette culture de mort qui fait tant sourire les crétins.

Cela dit, il y aura une compensation : peut-être le retard pris par la légalisation de la Marijuana en France, malgré l’exemple créatif du Jupiter canadien Justin Trudeau, est-il dû à au maintien de la paix civile ??? Non, je ne parle pas de l’improbable levée des citoyens contre une telle mesure, ce serait trop demander. J’attends simplement de voir comment les buralistes du 93 et de toutes nos banlieues vont distribuer leur nouvelle marchandise…

Voyez-vous, il y a déjà dans ces charmants endroits tous les réseaux d’exclusivité nécessaires où existe un très vaste choix de ces poisons. Les mafias issues de l’immigration ont enclavé leurs activités dans des quartiers entiers où les zones de ventes sont jalousement délimitées, réparties et protégées. Tous les spécialistes le confirment, ces trafics alimentent en grande partie les besoins de l’Islam le plus radical afin de financer ses réseaux, ses employés, ses stocks, ses locaux, son train de vie.

C’est tellement opaque que les polices de tous les ministères écoulés depuis plus de 30 ans ne cherchent même plus à y mettre les pieds, encore moins à y restaurer l’ordre républicain bafoué sur notre sol par l’ordre salafiste.

C’est tellement vrai que les choufs et les dealers assurent l’ordre nécessaire, si affligeante soit cette réalité, car émeutes, tapages ou manifestations nuisent aux bonnes affaires. Et quand il faut châtier concurrents ou délinquants égarés, ils ne se font pas prier, ils font eux-mêmes la police comme si leur quartier était devenu une principauté indépendante. C’est cela l’intégration pour laquelle les contribuables ont versé des milliards depuis 40 ans, la fameuse exception française, la nouvelle « françafrique » ou « françafric ». J’attends donc de voir avec impatience comment les flics français vont venir dans ces quartiers protéger au jour J les buralistes et leurs marchandises, comment les responsables syndicaux de ces débits vont s’y prendre pour demander aux Caïds locaux de se recycler dans le trafic du trèfle à quatre feuilles.

Là, nous serons vraiment dans le récréatif.

Franck Timmermans - Membre du Bureau Politique du Parti de la France

Commenter cet article