Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Patrick Jardin, père d'une victime du Bataclan, prêt à se faire justice lui-même

15 Février 2018, 07:39am

Publié par Thomas Joly

Suite au jugement scandaleux relaxant le logeur des terroristes du Bataclan et condamnant deux autres de leurs complices à des peines dérisoires, Patrick Jardin, père de Nathalie, assassinée par des djihadistes au Bataclan, exprime sa légitime colère.

Commenter cet article

christian 16/02/2018 14:17

En belgique c'est bien pire, vice de procédure car l'instruction n'as pas été rédigée également dans le deuxième langue du pays, relaxer ce terroriste comme cela c'est du Belge, moi je dis peine de mort !
On a un violeur d'enfant en prison qui a de surcroît tué les victimes, mais il est en prison tranquille et prêt à être libéré, sa femme à été libéré il y a peu de temps, et elle est protégée, même hébergée chez un juge.
Car ses gens pensent pouvoir être gracier, et mériter notre indulgence.
Pauvre misérable justice qui ne fait plus justice.
je serais un des parents, en effet je rendrais justice moi même car où est la différence?
Ne plus vivre dans cette société car on a perdu un être chère, ou ne plus vivre en prison pour s'être venger, je choisi la deuxième solution.

warin 15/02/2018 22:59

de tout cœur avec Monsieur , mais malheureusement en france il faut être islamiste pour être défendu et entendu et aussi avoir tout les droits et toutes les aides

Paulin 15/02/2018 18:14

C'est une honte de voir comment sont jugés des criminels terrosistes...Si de la famille de ces juges avaient été tués dans les mêmes circonstances ,par des terrosites,ils auraient surement jugés autrement....je.suis vraiment outrée..

Dimitri Atlantique 15/02/2018 16:50

Ce jugement est tellement scandaleux que la presse locale n'en parle pas sur leur site en ligne en Alsace. Par peur de la réaction des vrais gens ? des gens qui payent leurs impôts qui sont français depuis 1 000 ans pour bon nombre d'entre eux.