Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La Corée du nord, État ermite intermittent ?

31 Août 2017, 06:11am

Publié par Thomas Joly

La Corée du Nord vient de procéder à un nouveau tir d’engin balistique (en anglais ICBM, pour Intercontinental Ballistic Missile). Les Occidentaux s’enflamment, la Corée du Sud et le Japon s’alarment ! Le Conseil de sécurité de l’ONU, à la demande conjointe du Japon et des États-Unis, s’est réuni en urgence mardi.

Cet engin aurait parcouru 2.700 km après avoir « survolé » le Japon à 550 km d’altitude environ, disent les communiqués.

Sans vouloir atténuer la menace que les provocations successives et répétées, cet été, du Dr Folamour de Pyongyang fait peser sur la paix mondiale, je m’interroge à plusieurs titres sur les capacités et démonstrations de cet État que l’on qualifie d’ermite, c’est-à-dire complètement isolé du monde.

Tout d’abord, sur le plan technique – ou plutôt aérodynamique -, je doute d’un apogée limité à 550 km, pour une courbe parabolique qui est la caractéristique de la trajectoire de tout engin justement qualifié de balistique. J’en appelle à Cédric Villani, notre brillant mathématicien et député LREM pour lever mon doute, si la rentrée turbulente dans l’atmosphère politique lui en laisse le temps…

Quoi qu’il en soit, le « survol » du Japon ne constitue pas une menace pour ce pays, l’objectif étant ailleurs et beaucoup plus éloigné. Cette appréciation me rappelle l’avion d’Air France, « frôlé » par un missile – toujours nord-coréen – à 150 km, le 28 juillet dernier.

En outre, que je sache, l’espace aérien au-dessus des limites de vol d’aéronefs est sous statut international. Des milliers de satellites civils, militaires, espions ou potentiellement menaçants gravitent autour de la Terre dans ce même espace. Sans parler des incursions des SpaceX de Elon Musk transportant bientôt des croisiéristes de l’espace…

Mais ce qui m’interpelle le plus est la capacité de ce pays, isolé de tout, à construire des systèmes d’arme modernes et complexes. Déjà contraint par divers embargos, il a néanmoins – à défaut de pouvoir nourrir décemment ses habitants – pu se fournir en minerais, métaux rares, matériaux de base, simples ou composites, ordinateurs, systèmes de calcul, composants électroniques et autres ensembles complexes. Sans parler de la formation des ingénieurs et ouvriers très qualifiés pour mener à bien conception, développement, construction et, enfin, essais retentissants ! Enfin, la filière nucléaire militaire exige de très gros moyens et investissements, ainsi que des ressources en uranium, et les filières d’enrichissement indispensables à la production d’armes atomiques dont le pays se dit doté – information largement répandue en échos de par le monde pour anathémiser l’autosatisfait jeune despote, fauteur de désordres mondiaux !

À l’instar d’autres pays en voie de développement, des systèmes importés ont sans doute autorisé des copies « nationalisées », sinon améliorées dans leurs performances ou extrapolées. Quels fournisseurs bienveillants ou peu regardants, voire alliés, ont aidé ce petit pays ? Avec quels devises ou commerce au noir – ou au jaune – Kim Jong-un et ses augustes prédécesseurs ont-ils payé toutes ces formations, fournitures et services ?

On nous rebat les oreilles de sanctions, mais avant que Washington ne « déchaîne le feu et la colère », il serait opportun d’éclairer l’opinion internationale par une opération vérité et stigmatiser les véritables parrains de l’ermite…

Henri Gizardin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article