Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La Macronmania ne peut rien contre les attentats

20 Juin 2017, 06:30am

Publié par Thomas Joly

Et voilà. L’intermède est terminé. Les élections sont passées. En Marche a fait un carton, mais il faut se rendre à l’évidence, les terroristes, eux, ne sont pas tombés sous le charme de Macron. La Macronmania, hélas, ne peut rien contre les attentats.

Retour à la vraie vie : sur les Champs-Élysées, une voiture contenant deux bonbonnes de gaz, deux pistolets automatiques ainsi qu’une kalachnikov a foncé sur un fourgon de gendarme mobiles, sans faire de blessés. Seul le terroriste de 31 ans qui était au volant a été tué : lors du choc, son véhicule s’est embrasé. Ouf, l’attentat est raté. Qu’il n’ait pas fait de victime masque sa gravité.

Et pourtant il y a de quoi légèrement s’inquiéter : Le site du Point révèle que l’homme en question, fiché S depuis 2015 était titulaire d’un « permis de détention et de transport en tant que tireur sportif »… que la préfecture de l’Essonne avait renouvelé en février 2017 sans moufter. No stress, l’État surveille les fichés S. Comme la nounou surveille le bébé en lui confiant les couteaux de cuisine.

Le symbole est fort mais au fond quelle importance ? Chacun sait bien que port d’arme ou pas, un islamiste saura comment opérer. Celui de Notre-Dame n’avait qu’un marteau. Nul n’a besoin d’une autorisation de la préfecture pour faire ses emplettes chez Castorama.

Chacun sait bien que l’on peut multiplier les fouilles, les ouvertures de sac, les points de contrôle, les bornes anti-intrusion, les chicanes en béton, les barrières de sécurité, les recommandations de ne pas s’attarder devant les portes d’accès ou de signaler les colis abandonnés, sans réussir à rien régler… le terrorisme du pauvre – de celui qui n’a pas peur de mourir et qui est déterminé – n’est jamais à court d’idée.

Le problème n’est pas tant d’empêcher le terroriste d’agir là où il est, que de l’empêcher de s’y trouver. Et comment le pourrait-on sans – véritablement – filtrer les allées et venues, les entrées et les sorties, aux frontières notre pays ? Macron en a-t-il la volonté ? La réponse est non. Quand bien même il le voudrait, ceux qui l’ont soutenu, aidé, hissé là où il est ne pourraient pas le supporter.

Et c’est pourquoi tôt ou tard la macronmania tournera à la Bérézina.

Gabrielle Cluzel

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article