Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Macron salue Juppé : les marchés rassurés !

11 Mars 2017, 08:46am

Publié par Thomas Joly

Et voilà Emmanuel Macron dressant le panégyrique d’Alain Juppé, lors de son meeting bordelais de jeudi. Certains prétendront, au mieux, que sa stratégie politique est erratique ; au pire, qu’il a les fils qui se touchent.

En fait, non.

Naguère, le champ politique était horizontal, sorte d’échiquier allant de la gauche de la gauche à la droite de la droite. Aujourd’hui, il est devenu vertical – montée du populisme oblige.

Et si Emmanuel Macron ratisse de droite à gauche, ce n’est que dans la France d’en haut, celle qui bénéficie de la mondialisation, abandonnant cette France d’en bas que laboure Marine Le Pen, de gauche à droite. Bref, la politique actuelle n’a que peu à voir avec celle d’hier.

C’est donc très logiquement qu’un Emmanuel Macron peut faire les yeux doux à une certaine droite juppéiste – jeunes CSP+ et retraités à revenus confortables –, droite qui a voté oui aux traités européens de Maastricht et d’Amsterdam, droite pour laquelle nos historiques frontières sont autant d’obstacles à la libre circulation des hommes, des marchandises et des capitaux. Soit une droite libérale et sociale n’ayant rien d’incompatible avec une gauche sociale et libérale.

La démarche de l’homme de la France en marche est parfaitement analysée par Le Figaro de ce vendredi : « À travers Alain Juppé, le leader d’En marche ! veut aussi s’adresser “à cet électorat de centre droit et de droite qui se cherche et qui ne se retrouve pas dans l’offre réactionnaire opportuniste” autour de François Fillon. »

Et pour dorer la pilule, quoi de mieux que de faire la danse du ventre à Orléans devant la statue de Jeanne d’Arc et celle des sept voiles au Puy du Fou, en présence de Philippe de Villiers ? Dans cette cynique martingale, un petit clin d’œil appuyé à une certaine bourgeoisie, maudissant les effets dont elle chérit les causes – oui à l’immigration à bas coût pour faire tourner l’usine de beau-papa, mais pas trop à la sortie de l’école privée de fifille –, ne saurait nuire.

Assez logiquement, ces marchés, éternels grands inquiets qu’il convient en permanence de rassurer, nous disent, par la voix du site TradingSat.com, que la Bourse de Paris a « franchi la barre des 5.000 points » le 3 mars dernier, « après publication d’un sondage donnant Emmanuel Macron et Alain Juppé au second tour de l’élection présidentielle, si François Fillon décidait de renoncer ».

Et les mêmes de rappeler : « La fois dernière, c’était François Bayrou qui, en annonçant son ralliement à Emmanuel Macron, avait provoqué un petit “choc” sur les marchés, très inquiets d’une victoire de Marine Le Pen. » De grands sensibles, on vous dit.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article