Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

L'escroc Fillon convoqué devant la justice instrumentalisée par le Parti Socialiste

1 Mars 2017, 15:21pm

Publié par Thomas Joly

François Fillon s'est exprimé, mercredi 1er mars, depuis son QG de campagne. Il a confirmé avoir été convoqué en vue d'une mise en examen le 15 mars. "Je me rendrai à la convocation des juges,(...), je leur dirai ma vérité qui est la vérité", a-t-il souligné.

Alors qu'il avait déclaré le 26 janvier qu'il retirerait sa candidature en cas de mise en examen, François Fillon maintiendra sa candidature jusqu'au bout : "Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas, j’irai jusqu’au bout", a affirmé le candidat. "Oui je serai candidat à la présidence de la République."

Il dénonce un "assassinat politique". L'ex-premier ministre a estimé que depuis le début de l'affaire qui le concerne, "l’état de droit a été systématique violé""Que je ne sois pas un justiciable comme les autres, on le voit avec cette date du 15 mars, deux jours avant la clôture des parrainages, entièrement calculée pour m’empêcher d’être candidat à la présidentielle", a-t-il martelé. "C’est un assassinat en effet. Par ce déchaînement disproportionné, par ce choix de ce calendrier, ce n’est pas moi seulement qu’on assassine c’est l'élection présidentielle".

Peu après, l'ancien ministre et candidat à la primaire de la droite, Bruno Lemaire, a annoncé dans un communiqué avoir démissionné de ses fonctions de représentant pour les affaires européennes et internationales de la campagne de François Fillon, après que ce dernier a maintenu sa candidature malgré sa future mise en examen.

« Le 26 janvier dernier, François Fillon déclarait devant les Français que (s'il était mis en examen), il retirerait sa candidature à la présidence de la République française. Je crois à la parole donnée. Elle est indispensable à la crédibilité de la parole donnée. »

L'UDI a également pris la décision de « suspendre » son soutien à François Fillon.

Une mise en examen de Marine Le Pen n'est pas non plus à exclure dans les prochaines semaines, ce qui rendra, à coup sûr, ces élections présidentielles encore plus pestilentielles...

Source : http://www.lemonde.fr

Commenter cet article

MATTHIEU 01/03/2017 18:49

un voleur et un menteur impudent qui ose se présenter.