Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Au Salon de l’agriculture, Hollande n’inspire même plus de remarques vachardes

27 Février 2017, 07:10am

Publié par Thomas Joly

Samedi matin, François Hollande s’est levé tôt pour inaugurer, à 6 h 47 précises, le 54e Salon de l’agriculture. Peut-être a-t-il croisé, au détour d’une rue, Benoît Hamon revenant de l’une de ses escapades nocturnes dans les chantiers du métro ? L’histoire ne le dit pas.

François Hollande, lui, depuis son héroïque « renonciation », n’a plus besoin d’aller à la pêche aux voix. Et tant mieux, car il serait rentré bredouille. Bien qu’il ait passé plus de neuf heures à arpenter le Salon, nulle voix ne s’est élevée sur son passage.

Évidemment, avec la moitié des agriculteurs à 350 euros de revenu par mois, 20.000 fermes menacées de disparition et des suicides à la pelle, il ne devait pas s’attendre à ce que son bilan soit salué par un concert de louanges, un tonnerre d’applaudissements, des alléluias et l’adoration des bergers. L’an dernier, on l’avait d’ailleurs dûment chahuté et copieusement hué. À moins que ce ne soit l’inverse. Il avait même été la cible d’un lâche attentat, heureusement raté, à la bouse de vache.

Échaudé, traumatisé peut-être par cette violente démonstration de désamour, l’encore Président a traversé au pas de charge le hall 1, lieu du crime de lèse-majesté, de sinistre mémoire.

Précaution inutile. L’ectoplasme a longuement parcouru les stands, désespérément invisible. Peut-être son hologramme aurait-il eu plus de succès ? Les déambulations du locataire de l’Élysée en chair et en os et en fin de bail ont laissé de marbre les agriculteurs : « On lui a dit qu’on n’espérait plus rien de lui et qu’il pouvait profiter de son salon car c’est le dernier », a résumé l’un d’eux.

Autrement dit, François Hollande a bien le droit de s’amuser un peu, maintenant qu’il a perdu son pouvoir de nuisance. Alors, il s’est amusé : séance photo avec Fine, un bovidé breton, serrements de mains, selfies à gogo, généreuse distribution de bises aux dames et aux enfants. Pourquoi bouder son plaisir ?

Un petit mot, quand même, aux paysans : cette visite est « un message d’encouragement, de soutien et de solidarité envers les agriculteurs ». Il paraît qu’il avait prévu une autre phrase, plus présidentielle : « Je vous ai compris. » Mais un freluquet mal élevé lui a coupé l’herbe sous le pied. Pas de bol !

Qu’à cela ne tienne, son entourage a déniché un autre mot historique pour évoquer sa tournée des popotes : « Nous voulons remettre en perspective, les yeux dans les yeux, l’action conduite depuis le début du quinquennat à l’aune des premiers résultats. » Pas de bol encore : ils ont dû oublier de vérifier la source de cette citation. « Les yeux dans les yeux », c’est ainsi que Jérôme Cahuzac a nié pendant quatre mois posséder un compte en Suisse…

Mais peu importe, François Hollande était déjà reparti. Souffler les vingt-cinq bougies de Disneyland Paris. Il fallait bien que Dingo soit là pour que la fête fût complète !

Christine Célérier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article

Hoet 28/02/2017 01:34

C'est bien un guignol car pendant ce temps des policiers ce fesaient agresser à Nantes par des antifias contre le FN .