Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Voici ce qui est dit aux enfants belges à propos du radicalisme…

16 Janvier 2017, 07:34am

Publié par Thomas Joly

« On peut pratiquer sa religion, même de façon radicale parfois, sans pour autant basculer dans la violence. »

Ou ceci : « Des milliers [de] personnes qui pensent que le magazine [Charlie Hebdo] était raciste, notamment à l’égard des musulmans, ont lancé le slogan Je ne suis pas Charlie. »

Et encore : « Quand un jeune est suspecté de vouloir se radicaliser, il est très vite surveillé, arrêté et parfois même enfermé en IPPJ [Institutions publiques de protection de la jeunesse], même s’il n’y a pas encore toutes les preuves qu’il risque de passer à l’acte.

Or, pour ce jeune qui se sent déjà rejeté par la société, cela ne fait que renforcer son sentiment d’injustice et renforcer sa radicalisation: c’est un cercle vicieux ! »

Ce sont là quelques phrases tirées d’une brochure [PDF] adressée aux enfants (!) belges francophones par le délégué général de la Communauté française aux droits de l’enfant.

Dans la version « pour adultes » du rapport annuel présenté par Bernard De Vos devant les parlementaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’auteur, islamologue de formation, rappelle cette fois, à coups de tirades enflammées, que le radicalisme n’a absolument rien à voir avec l’islam, dénonce l’enfermement de mineurs radicalisés pour ne pas les radicaliser davantage et estime qu’il ne faut en aucun cas faire appel aux solutions sécuritaires.

L’homme n’est pas un inconnu. Au lendemain de l’attentat qui a endeuillé Nice en juillet dernier, il avait déclaré, sans aucune compassion pour les enfants victimes de la tuerie : « Je ne pense pas que l’on soit face à un problème de radicalisation mais plutôt à une série de situations individuelles qui explosent car les jeunes issus de l’immigration subissent une stigmatisation et victimisation importante. »

Évidemment, dans son rapport, Bernard De Vos omet de préciser, par exemple, que certains enfants belges sont conspués, dans leurs écoles, parce qu’ils mangent des tartines au jambon ou se voient interdire de manger des bonbons contenant de la gélatine. Il ne faudrait surtout pas stigmatiser les petits musulmans, car ça pourrait les radicaliser.

Grégory Vanden Bruel

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article