Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Taxe sur les loyers fictifs : ils sont enragés !

16 Décembre 2016, 07:29am

Publié par Thomas Joly

L’idée démente de taxer les propriétaires qui occupent leur logement revient en force. Le ministre du Budget, M. Eckert, avait pourtant juré qu’elle était définitivement enterrée. Le soi-disant principe d’équité mis en avant par les technocrates anti-propriétaires se résume ainsi : si vous occupez votre appartement dont le loyer serait de 800 €, vous économisez 9.600 € par an, ce qui constitue pour les Savonarole de la fiscalité un revenu échappant à l’impôt (si on excepte la taxe foncière égale, en moyenne, à un mois de loyer). Après l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) en novembre, voilà que France Stratégie, une officine rattachée aux services du Premier ministre, propose deux pistes pour faire cesser ce scandale imaginaire.

La première option est la plus saugrenue : permettre la déduction des loyers de son habitation principale. En compensation, on augmenterait de 10 % l’impôt sur le revenu. Certes, les personnes âgées aux revenus modestes seraient épargnées mais les classes moyennes seraient laminées ! On peut se demander si les auteurs, sans doute locataires de logements confortables et chers à Paris, n’ont pas d’abord pensé à eux en proposant cette solution.

L’autre piste est classique : intégrer les loyers fictifs au revenu. Avec cette logique absurde, un couple de retraités, percevant une modeste pension mensuelle de 2.000 € par mois et occupant un pavillon au loyer potentiel de 800 € paierait 1.587 € d’impôts en plus ! Pire : une veuve vivant dans une maison similaire et ne recevant que le minimum vieillesse verrait ses impôts augmenter de 1.450 € ! De la pure spoliation ! Bien sûr, les auteurs cyniques de cette proposition offrent, en échange, de supprimer la taxe foncière.

Dans les deux cas que j’ai évoqués, la perte serait de 700 €, donc un demi-mois à un mois de revenus ! Plus que choquant !

Bien sur, s’il ne choisit pas l’option micro-foncier, le contribuable pourra déduire les intérêts, les assurances et les travaux. Mais les retraités ont, en général, fini de payer leur logement et évitent les travaux trop lourds par manque des moyens financiers.

Les moyens d’évitements existeraient. Le plus simple est de faire appel à la finance islamique : comme cette religion proscrit les taux d’intérêt, la banque achète pour vous votre logement et vous demande un loyer pendant quinze ou vingt ans. Vous ne devenez propriétaire qu’à la fin. Vous changez alors de domicile principal et le tour est joué. Vous pouvez aussi n’acheter que des logements comportant le maximum de travaux (car ils seraient déduits des impôts). La construction reculerait, l’immobilier serait grippé – une catastrophe.

En fait, les rapporteurs ne dissimulent pas leur but réel : taxer les aînés sous prétexte que les jeunes ont soit des loyers à payer, soit des emprunts immobiliers à rembourser. Cette haine anti-vieux se retrouve dans les projets de revenu universel qui, in fine, constituent tous une spoliation des retraites. C’est une constante des technocrates qui peuplent nos ministères.

Christian de Moliner

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article