Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le Charles-de-Gaulle, cache-misère des armées ?

8 Novembre 2016, 06:06am

Publié par Thomas Joly

Visitant, en octobre 2015, comme beaucoup d’autres avant et après lui, le Charles-de-Gaulle avec une commission du Sénat, Jean-Pierre Raffarin, président de la commission des Affaires étrangères de la chambre haute, déclarait fièrement : « Les Français ne connaissent pas suffisamment le rôle du Charles-de-Gaulle : c’est à la fois une université militaire, c’est un pôle de compétitivité. Non seulement il y a toute la qualité humaine de nos armées, mais il y a la qualité scientifique, la qualité industrielle. » Fermez le ban !

Sans doute entendu et pour combler ce manque d’information des citoyens, les reportages et manifestations autour de « l’université » se sont enchaînés, motivés par les visites répétées du Président et les départs en campagne successives – trois depuis début 2015.

Lundi 7 novembre, France 3 a diffusé un documentaire de 90 minutes qui devrait combler les méconnaissances et idées fausses des téléspectateurs, s’il en demeure encore…

Mais dans le même temps, ce qui n’est pas étalé devant les Français, c’est l’état réel de nos forces et la vétusté de beaucoup de leurs équipements. Une intervention récente du député Cornut-Gentille à propos du budget 2017 lui fait dire devant la commission ad hoc : « Jamais la situation de la défense n’a été rendue aussi critique. » Sans entrer dans les détails qui peuvent être consultés sur le lien, il est clair que les trois composantes des armées sont affectées, mais particulièrement l’Armée de terre et l’Armée de l’air.

Matériels vieux de 40 ans, avions et hélicoptères de nouvelle génération livrés avec retard et en nombre restreint, fiabilité mise en défaut, acquisition en urgence de matériels américains pour pallier une rupture opérationnelle et affrètement de gros porteurs étrangers pour suppléer aux moyens nationaux limités. Ou encore, aux fins d’assumer les frappes aériennes contre Daech, les stocks étant épuisés, le réapprovisionnement en bombes encore auprès de pays étrangers.

Dans ce climat de « misère », les 20 millions (?) que coûte, par mois, le déploiement opérationnel du porte-avions peuvent, à juste titre, faire tiquer les chefs d’états-majors anémiés.

Alors, le Charles-de-Gaulle, outil de promotion du Président ou cache-misère des moyens de la Défense ?

Henri Gizardin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article