Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Cazeneuve se lancera-t-il dans une nouvelle bataille de Stalingrad ?

30 Octobre 2016, 08:44am

Publié par Thomas Joly

Nos dirigeants comprennent-ils les bases de l’économie ? On peut se le demander tant ils semblent entretenir volontairement la confusion entre les notions de « flux » et de « stock ». Quand ils débattent des « migrants », ils indiquent que leur nombre est relativement réduit. Ils seraient « à peine » dix mille à devoir être répartis sur le territoire national consécutivement au démantèlement de la « jungle de Calais ».

Effectivement, rapportés à la population française dans son ensemble, ces 10.000 « migrants » ne sont qu’une goutte d’eau. Problème, le flux d’étrangers qui arrivent en France chaque année est beaucoup plus important et les « stocks » d’immigrés non assimilés sont colossaux. Étant entendu par ailleurs que l’incapacité de l’État à expulser les clandestins envoie un message dramatique aux candidats à l’exil qui seront toujours plus nombreux demain.

Conséquence directe de cette confusion dans la gestion des flux migratoires, les « migrants » s’entassent dans la capitale, certains quartiers parisiens se transformant progressivement en petits Calais à ciel ouvert au grand dam de la population. Cette semaine, entre 2.000 et 2.500 « migrants », principalement des hommes seuls d’origine africaine, se sont installés au nord-est de Paris dans un nouveau campement.

Un de plus, diront les riverains à bout de nerfs… Théâtre de multiples déprédations causées par ces nouveaux « résidents », le quartier Stalingrad-Curial dans le 19e était pourtant déjà sinistré depuis de nombreuses années par la toxicomanie, l’immigration massive et plus généralement l’insécurité. Les pouvoirs publics laissent donc les Parisiens les plus précaires affronter une nouvelle menace pour leur mode de vie.

Tous les jours, de nouveaux « migrants » débarquent, augmentant les « stocks » de populations immigrées. Campements sauvages illégaux, tapages nocturnes et batailles rangées à l’arme blanche entre bandes sont dorénavant le quotidien des habitants du 19e arrondissement. Un agent d’entretien de la mairie de Paris témoignait au Figaro des nuisances provoquées par ces invités indésirables :

C’est de pire en pire. On balaye, on aspire et on lave tous les jours. On leur donne des bacs pour qu’ils mettent leurs ordures, mais ils ne les respectent pas.

Dépassé par la situation, le ministre de l’Intérieur a d’abord nié, déclarant que l’afflux supplémentaire de « migrants » n’était pas uniquement dû au démantèlement de la « jungle de Calais ». La belle affaire… Peu importe comment ils sont arrivés, le problème est qu’ils y sont. Ils seront d’ailleurs de plus en plus nombreux puisque l’État ne manifeste pas l’envie de les expulser. Bernard Cazeneuve refusera de livrer la bataille de Stalingrad par lâcheté. Paris, comme le reste de la France, sera donc en état de siège pour de très longues années.

Les difficultés d’existence ne cesseront de s’aggraver. Les « migrants » posent des problèmes sanitaires (réapparition de maladies disparues à l’image de la tuberculose ou de typhoïde), des problèmes sécuritaires, des problèmes économiques (baisse du chiffre d’affaires des petits commerces, particulièrement de bouche) et, peut-être plus important, un problème moral car on leur a tout permis quand les Français perdent chaque année des points de qualité de vie. Une seule lueur d’espoir se fait jour : Calais a prouvé qu’il était techniquement possible de déplacer en peu de temps des milliers d’individus. Espérons que demain, ils soient déplacés vers les ports et les aéroports nationaux en vue de leur retour au pays.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article