Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La France de Tony Parker

27 Septembre 2016, 05:19am

Publié par Thomas Joly

Jeudi 22 septembre, sur RTL, Tony Parker a réagi aux propos de Nicolas Sarkozy sur les « ancêtres gaulois ». Le basketteur français n’a visiblement pas adhéré aux récentes déclarations du candidat à la primaire de la droite et du centre et a exposé son propre parcours comme contre-exemple.

Ainsi, le « plus grand basketteur français de tous les temps » a expliqué : « Moi, je suis né en Belgique, de mère hollandaise et de père américain. Je suis le parfait exemple de celui qui peut devenir français en venant de n’importe où… » (sic).

« Être français, c’est dans ton cœur : tu sais d’où tu viens, où t’as grandi. C’est pour ça que, pour moi, ça a toujours été important de jouer en équipe de France, parce que je suis très fier d’être français. T’as pas besoin d’être né en France pour te considérer français, c’est à toi de le montrer avec tes actes. Je pense que c’est ce que j’ai fait avec l’équipe de France », a ajouté Tony Parker.

La France ne serait-elle plus qu’un agglomérat de bric et de broc, que les aléas de son histoire récente ont bâti au gré des passeports délivrés, au fil des relations privilégiées, des fantasmes réducteurs de l’homme à un simple statut administratif interchangeable ou encore de ses capacités sportives ?

Parfait prototype interchangeable que ce Parker, né en Belgique d’un père joueur de basket américain et d’une mère, Pamela Firestone, mannequin néerlandaise de son état. Notre homme aurait donc pu être belge, hollandais ou américain, au gré des hasards de la vie de ses parents. Mais ne voilà-t-il pas que, doué pour le basket comme papa, il passe en France et signe une première licence de jeune basketteur à Fécamp. En 1996, il signe à Mont-Saint-Aignan, où il termine la saison avec 33 points et huit passes décisives et décide alors de devenir français ! Le tour de passe-passe, on le connaît. Comme de nombreux autres sportifs étrangers qui peuvent faire briller le coq français sur un podium, on lui fait les yeux doux et on le naturalise…

La candeur ou l’outrecuidance avec lesquelles il vient justifier aujourd’hui une appartenance identitaire tout à fait accidentelle mais totalement logique à ses yeux nous fait craindre le pire pour demain si les choses ne changent pas radicalement dans ce pays. Cet amas artificiellement organisé d’éléments hétéroclites et disparates que devient la France au gré des fantasmes de ses dirigeants n’aura plus ce ciment nécessaire à la consolidation de son identité.

Jean-Pierre Lenoir

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article