Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Diversité : le musulman Anelka tacle l’antiraciste antillais Thuram !

8 Septembre 2016, 05:27am

Publié par Thomas Joly

Les journalistes frétillent. Ils la tiennent, leur polémique du jour, entre deux anciens footballeurs, issus de la diversité. Le musulman Nicolas Anelka a comparé « l’antiraciste » antillais Lilian Thuram au traître noir esclavagiste Stephen, personnage du film Django Unchained de Quentin Tarentino.

Le crime de Thuram ? Lors d’une émission consacrée à l’équipe de France de football, des années 1996 à 2016, sur France 2, il a osé critiquer l’invasion du terrain par les supporters algériens – nés en France – en 2001, à un quart d’heure de la fin du match, alors que les Bleus menaient 4 buts à 1.

Le « traître » Thuram a aggravé son cas, aux yeux d’Anelka, en condamnant fermement la désormais célèbre « grève du bus », de 2010, à Knysna. Rappelons qu’à cette occasion, le mahométan Ribéry avait organisé la révolte des Bleus, en solidarité avec son coreligionnaire Anelka, exclu du groupe pour avoir, à la mi-temps, insulté en ces termes le sélectionneur Raymond Domenech : « Va te faire enculer, sale fils de pute ! » N’oublions pas, quelques heures avant la grève, que le même Ribéry, dit « Bilal », s’était, en sandalettes, imposé sur le plateau de télévision de « Jour de Foot ». Il avait, avec des trémolos dans la voix, demandé pardon aux Français et promis de tout faire pour se racheter des deux premiers matchs catastrophiques qu’ils avaient livrés. Beau numéro de taqiya !

Il n’est pas inintéressant de revenir sur la carrière internationale d’Anelka, et sur ses innombrables déclarations d’amour à la France et à son équipe nationale.

Parlant du sélectionneur français, Jacques Santini, en 2003, qui envisageait de le rappeler en sélection nationale : « Qu’il s’agenouille devant moi, s’excuse d’abord, et après je réfléchirai. »

Ce milliardaire, en 2009, parlait de ses impôts : « J’aimerais bien habiter en France, mais ce n’est pas possible. On sait pourquoi, niveau fiscalité… Je ne veux pas jouer au foot et payer [aux impôts, ndlr] 50 % de ce que je gagne. […] La France, c’est un pays hypocrite. »

Concernant l’hymne national : « En équipe de France, je n’ai jamais voulu chanter “La Marseillaise”, ça ne m’est jamais venu à l’idée. Et si on m’avait demandé de le faire, j’aurais refusé, j’aurais quitté l’équipe. » Du Benzema tout craché…

Dans son livre Tout seul, le sélectionneur Raymond Domenech, en poste de 2004 à 2010, explique, de manière accablante pour lui, toutes les démarches qu’il a dû faire pour supplier Anelka de continuer à faire l’honneur à l’équipe de France de jouer pour elle. Pourtant, le bilan de cet attaquant de pointe est consternant : 79 sélections, seulement 14 buts, soit un but tous les cinq matchs. À comparer avec David Trezeguet, attaquant de la même génération, 34 buts en 71 sélections.

Mais Domenech, pendant six ans, s’est comporté en militant de la diversité, en imposant aux Français une équipe qui ne ressemblait plus à leur pays – la preuve, notamment, par Anelka.

Thuram ne nous est pas sympathique. Cherchant systématiquement, de manière obsessionnelle, à débusquer le racisme supposé du football français (accusation ridicule quand on voit la réalité des équipes de notre championnat), il s’est déshonoré en osant réclamer 20.000 euros au conseil régional d’Alsace pour tenir une conférence sur son thème de prédilection.

Pour autant, contrairement à Anelka, il chantait « La Marseillaise », et a toujours donné le meilleur de lui-même, montrant qu’il était fier de porter le maillot des Bleus.

Quant à Anelka, il a confirmé, lors de cette nouvelle polémique, un mépris, voire une haine de la France que relaieront, sous le maillot des Bleus, ses coreligionnaires Ribéry, Nasri et Benzema…

Pierre Cassen

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article