Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Quand les profs d’histoire tuent l’Histoire

30 Août 2016, 05:10am

Publié par Thomas Joly

Quand les profs d’histoire tuent l’Histoire

Connaissez-vous les Clionautes ? Ce vocable moderniste et pompeux regroupe trois ou quatre centaines de professeurs d’histoire-géographie en une association reconnue par le ministère de l’Éducation. Ces messieurs-dames se sont réunis en congrès à Béziers les 25 et 26 août derniers ! Et dans cette ville, si mal-pensante, l’association des Clionautes s’est élevée contre toute « instrumentalisation populiste de l’Histoire ».

Morceaux choisis :

La « famille politique populiste » a « tendance à vouloir réinventer ce qu’il y avait avant, qui était forcément meilleur » et « entretient la suspicion à l’égard de l’école, et en particulier des professeurs d’Histoire ». Enseigner l’Histoire dans la ville dirigée depuis 2014 par Robert Ménard, « ce n’est pas un cadeau ! » a déclaré Bruno Modica, président des Clionautes !

« Le maire de Béziers s’est livré à une série de polémiques autour de la personnalité de Jean Moulin, mais aussi de Charles Martel, de l’Algérie française ou des réfugiés », créant « un climat délétère ». « Les enseignants doivent se poser en sentinelles face à ces comportements. »

Rien que ça ! Décidément, le totalitarisme gauchiste a la vie dure et se croit tout permis !

Car, voyez-vous, la Corée du Nord est une oasis de liberté à côté de Béziers : figurez-vous que Robert Ménard surveille chaque classe d’Histoire en sa ville pour écouter, tancer, corriger chaque prof qui n’enseignerait pas l’Histoire comme il l’entend. Doué d’ubiquité, il est partout à la fois.

Ahurissant ! Nous savons bien que les profs d’Histoire interprètent les faits et les présentent à leurs élèves comme bon leur semble. Certains enseignants gardent encore, et malgré tout, leur objectivité scientifique. Je crois avoir été un de ceux-là. D’autres déforment et falsifient les réalités historiques, en général dans le sens du politiquement correct.

Rappelons à monsieur Modica que, si le climat de Béziers ne lui convient pas, il y a de nombreux postes dans de tranquilles localités « sensibles » ou bien « sous le doux soleil de Tourcoing », comme dit la chanson, ou encore dans ces coûteux et inutiles lycées français implantés dans ces belles démocraties (où ne sévit aucun Robert Ménard), comme le Qatar ou l’Arabie saoudite.

Ces Clionautes représentent bien l’instrumentalisation politique de cette discipline scientifique qu’est, ou devrait être, l’Histoire.

Longtemps, l’Histoire, qui devrait être le temple de l’objectivité scientifique, a été gangrenée par les marxistes de toutes obédiences.

Et monsieur Modica, affirmant que « les enseignants doivent se poser en sentinelles face à ces comportements », incarne parfaitement la continuité de ce totalitarisme qui nie l’Histoire en tant que discipline scientifique, qui tue l’objectivité, essence même de l’Histoire.

Ce sont des propos de militant, tout le contraire de l’exemplarité d’un vrai professionnel de l’Histoire.

Jean-Charles Mignard

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article