Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le burkini : nouvel argument victimaire ?

25 Août 2016, 05:42am

Publié par Thomas Joly

On croyait la polémique autour du burkini éteinte avec l’arrivée de la fin des beaux jours, elle continue pourtant à enfler. En effet, les lobbys islamistes utilisent les arrêtés anti-burkini (ou burka de bain, ne l’oublions pas) pour se victimiser, sachant pouvoir compter sur les forts contingents de collabobos, sensibles et autres idiots utiles pour relayer leur propagande.

Les débats sur les burkinis ont dévié, passant allègrement de la laïcité à l’hygiène, puis de la sécurité aux libertés publiques. J’ai déjà écrit que tout cela n’avait aucune importance. Au fond, la polémique du burkini interroge l’identité profonde de notre civilisation et, surtout, nous entraîne à déterminer si nous sommes encore en capacité de décider souverainement de ce que doivent être les mœurs nationales. Bref, le port du burkini sur les plages est une provocation d’un prosélytisme étranger, une agression visuelle intolérable. Nous n’en voulons pas. C’est ainsi. Les musulmanes doivent respecter les lois de la République, laquelle reste toujours française jusqu’à preuve du contraire. Si elles veulent se baigner en burkini, elles sont libres de le faire sous des latitudes plus tolérantes, notamment dans le golfe Arabique.

Les jérémiades des antiracistes professionnels m’ont, d’ailleurs, semblé d’une incroyable indécence, alors que la France vient de vivre des attentats islamistes terribles lors des deux dernières années. Jean-Pierre Chevènement a invité les musulmans vivant en France à faire preuve de plus de discrétion. Pourtant, en dépit de ces avertissements de bon sens, leurs représentants s’insurgent perpétuellement contre la France et les Français, toujours soupçonnés de velléités liberticides, « islamophobes », ou de vouloir installer une laïcité punitive. On croit rêver.

Hier, à Cannes, une femme a été verbalisée par la police parce qu’elle portait un burkini. Bien entendu, c’était une manipulation savamment orchestrée, comme le démontrent l’angle et la qualité des photos prises au moment de son « horrible arrestation », non violente et légitime. L’« expert » David Thomson y est même allé de son petit couplet, reprochant une politique qui servirait les desseins de l’État islamique. Il est aussi lâche qu’absurde de tenir de tels propos en se parant des atours du clerc. La France ne doit pas se situer par rapport aux conflits internes du monde musulman, mais mettre en place une politique en conformité avec ce qu’elle est.

Je crois important de relever une phrase de Marwan Muhammad, porte-parole du Collectif contre l’islamophobie en France, et vent debout contre les arrêtés anti-burkini : « Qui a le droit de dire que la France, dans 30 ou 40 ans, ne sera pas un pays musulman ? Personne, dans ce pays, n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’islam. Personne n’a le droit de définir pour nous ce qu’est l’identité française. » Voilà les propos d’un djihadiste intelligent, d’un djihadiste patient. Car il s’agit bien là d’une phrase appelant au djihad contre la France, tout en en réécrivant l’Histoire. Vous remarquerez, à ce propos, que la menace terroriste sert autant à justifier qu’à minimiser la menace culturelle du projet politique islamique des Frères musulmans, dont le CCIF est une émanation 2.0.

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article