Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Les « jeunes » perturbent les salles de cinéma : l’abrutissement généralisé

3 Juillet 2016, 09:18am

Publié par Thomas Joly

Les films de la série The Conjuring sont des chefs-d’œuvre du cinéma fantastique. Bien mis en scène, portés par de bons interprètes, ils plairont aux amateurs du genre. Enfin, si vous vivez dans une ville épargnée par la racaille, ce qui est de plus en plus difficile aujourd’hui.

Depuis quelques années, les projections de films d’horreur génèrent des débordements systématiques, des cohues, voire des agressions physiques. En 2012, le film Sinister a été préventivement déprogrammé de 40 salles. Quelques semaines auparavant, les exploitants avaient été confrontés à des incidents violents lors des projections du film Paranormal Activity. Interrogé par Le Figaro, le porte-parole du distributeur Wild Bunch déclarait alors : « Certaines salles, le week-end dernier, ont connu quelques soucis avec les spectateurs de Paranormal Activity 4 : comptoirs à confiserie pillés, caissiers insultés, mictions sur les fauteuils, etc. » Des phénomènes similaires sont constatés à chaque sortie de films d’horreur en France.

Cela est d’autant plus inadmissible que le genre, qui a connu ses lettres de noblesse avec Friedkin (L’Exorciste), Brian De Palma (Carrie au bal du diable) ou Kubrick (Shining), est difficile à distribuer en France. Par leurs comportements irrespectueux, les spectateurs voyous mettent en péril la diffusion du cinéma dit « de genre », porté par des fanzines ou des magazines spécialisés comme Mad Movies.

Échaudés par les violences, les exploitants suppriment désormais immédiatement les films de l’affiche, dès lors que des comportements antisociaux se font jour dans une salle. On peut les comprendre. Les cinémas n’ont pas de pouvoir de police. The Conjuring 2 sera donc rayé de l’affiche de nombreux cinémas français, tant les premières projections furent atroces pour les spectateurs normaux et le personnel des cinémas.

Une jeune femme, interrogée par 20 Minutes, révélait que des gens se sont mis à hurler debout sur les sièges dès les bandes-annonces, lors d’une projection au cinéma Gaumont de l’Aquaboulevard (Paris XV). Au MK2 Bastille, une séance a dégénéré en bagarre générale cinq minutes avant la fin du film.

Je suis d’avis de filtrer les spectateurs de certains films plutôt que d’arrêter de les diffuser. Les groupes de « jeunes » perturbateurs sont très facilement reconnaissables. Délit de sale gueule ? Non, délits régulièrement constatés de manque de civisme de la part de certaines populations. Pourquoi les films d’horreur sont-ils plus particulièrement perturbés que d’autres types de films ? Parce que les « jeunes » sont superstitieux, effrayés par le diable qu’ils appellent désormais « Sheitan ». Si les films traitant ces histoires les impressionnent, c’est qu’ils n’ont parfois pas l’intelligence nécessaire pour distinguer la fiction de la réalité.

Serions-nous revenus un siècle en arrière quand les premiers spectateurs fuyaient les films des frères Lumière, croyant que le train sortirait de l’écran ? On pourrait le penser, tant certains comportements semblent venir d’un autre âge…

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article