Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Pour les évêques, les tradis font de la concurrence déloyale

26 Juin 2016, 09:33am

Publié par Thomas Joly

Certains évêques seraient-ils jaloux des succès engendrés par certaines paroisses où souffle, en latin, le Saint-Esprit ou la liturgie la plus tradi possible ?

Depuis le désastre de l’après-Vatican II qui a vu les églises se vider à un rythme soutenu, la liturgie traditionnelle n’avait jamais été interdite de pratique, mais il aura fallu attendre un motu proprio de Benoît XVI pour autoriser le retour « légal » de la messe tridentine.

À la discrétion des évêques mais à la grande satisfaction des pratiquants, car effectivement, là où un prêtre est autorisé à dire la messe, en latin, le dos tourné au peuple, mais le visage tourné vers l’Orient, il y a foule. Foule de pratiquants et foule de diverses activités.

Avec non pas une majorité de têtes grises, comme c’est le cas, hélas, dans la grande majorité de nos paroisses (sauf chez les petits gris ou sur le territoire d’évêques comme Mgr Rey, Mgr Aillet ou Mgr Crépy), mais avec des jeunes, souvent très jeunes, des scouts, des couples aux nombreux enfants qui disent trouver dans ces messes tridentines le recueillement dans la beauté et la sublimation d’une liturgie riche des siècles pendant lesquels elle a été pratiquée, au temps où la France était fière d’être catholique.

Mais ce succès entraîne la jalousie de ces évêques attachés à la liturgie dépouillée des 50 dernières années et au costume-cravate de leurs curés. Cette semaine, Mgr De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles, n’a pas hésité à accuser l’un de ses prêtres (et pas n’importe lequel) de concurrence déloyale ! Le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, ancien curé de l’église des Réformés de Marseille, avait été prié d’aller officier ailleurs : le ton de ses homélies, que l’on venait écouter de Paris, était jugé trop conservateur. Sa liturgie ressemblait par trop à celle des plus purs tradis.

Il est parti en Belgique en 2013 pour y fonder la fraternité des Saints-Apôtres. En trois ans, il y a attiré 21 séminaristes, six prêtres et rempli, tous les dimanches, l’église Sainte-Catherine. De quoi rendre très jaloux Mgr De Kesel, incapable de redonner vie au catholicisme belge. Alors, il vient d’annoncer qu’il n’hébergerait plus les 27 prêtres et séminaristes : « Cette fraternité n’est pas à promouvoir dans les circonstances actuelles car elle manifeste un grave manquement à la solidarité entre évêques, tant avec ceux de notre pays qu’avec nos voisins français ». Il est vrai que les sermons du père Zanotti-Sorkine ont dépassé le million de vues sur la chaîne YouTube.

En France, il y a actuellement le cas de Mgr d’Ornellas, qui a décidé de s’attaquer à la chapelle Saint-François, confiée depuis 1988 à l’Institut du Christ-Roi. Le charisme de son jeune curé, le chanoine Cristofoli, rassemble chaque dimanche une communauté vivante de 800 fidèles. Chaque année, cette paroisse envoie jusqu’à trois jeunes garçons au séminaire ! Un cas bien rare en France, où le manque de vocations atteint un niveau catastrophique.

Eh bien, Mgr d’Ornellas n’a rien trouvé de mieux que d’annoncer vouloir faire partir le chanoine Cristofoli (un nom prédestiné) et retirer la chapelle à sa communauté, laissant planer l’incertitude la plus totale quant à son avenir. Vent de panique et de protestations diverses chez les paroissiens, qui n’expliquent cette décision que par une sournoise vengeance. 


Nos Éminences sont-elles aveugles au point de ne pas voir que les pélés traditionnels font des malheurs, que les églises « tradis », en latin ou en français, sont pleines ?

 Il semblerait que le Saint-Esprit aime le latin, l’encens et la soutane.

Floris de Bonneville

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article