Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Orlando : ce qui les affole tous ? L’impact sur les élections présidentielles

14 Juin 2016, 05:08am

Publié par Thomas Joly

« En frappant la communauté gay, l’attaque effroyable d’Orlando nous atteint tous », a dit Manuel Valls, réagissant à chaud après le massacre.

Pardon, Monsieur le Ministre, mais c’est quoi, le message ? Que vient faire, ici, la première partie de votre phrase ? Que voulez-vous dire au juste ? Que « nous sommes tous des pédés de Floride », comme d’autres étaient des Juifs allemands, c’est ça ?

De mois en mois et d’attentat en attentat, l’histoire se répète. Qu’un Omar Mateen commette « la pire tuerie de l’histoire des États-Unis » ou qu’un Mohammed Merah tue, parmi d’autres victimes, de petits enfants juifs et chacun y va de l’explication qui l’arrange, qui le satisfait, lui paraît la plus opportune. Celle qui crée le moins de dommages dans son camp, qui évite d’avoir à avouer ses manques et ses insuffisances.

Pour Barack Obama et Hillary Clinton, tout le mal provient de la circulation des armes, et seulement de cela. Déjà, la candidate démocrate appelle à de nouvelles lois qui « éloignent les armes comme celles utilisées […] des mains des terroristes et des criminels ». « Les armes de guerre n’ont pas leur place dans nos rues », dit-elle dans un communiqué. Sauf que le dénommé Omar Mateen, travaillant dans « la sécurité », disposait d’un job et des permis adéquats pour se les procurer. Et l’on rappellera au passage que le problème est moins dans les armes que dans l’obsession des Américains à s’en servir ! Les Suisses ont leurs armes de guerre à la maison, rangées à côté du four à raclette, et l’on ne sache pas que ça dézingue à tout va dans les Grisons. Quant aux chars d’assaut, ils dorment contre la charrette à foin… Alors si les Américains ont laissé plus de 5.000 d’entre eux au tapis dans des tueries de masse depuis le 1er janvier 2016, c’est parce que quelque chose ne va pas dans leur tête, et non dans le chargeur ou le barillet !

Pour François Hollande et Manuel Valls, c’est l’homophobie ou l’antisémitisme qui est en cause. Ou l’extrême droite, comme on a pu l’entendre à propos des bagarres de hooligans ! Les médias bien-pensants, ceux qui militent pour le « padamalgame », sont d’ailleurs sur cette ligne. Ainsi Le Monde, qui écrit lundi après-midi : « Toutefois [notez l’adverbe], la tuerie d’Orlando intervient dans un contexte de montée croissante des tensions aux États-Unis autour de la question des droits homosexuels. […] Une douzaine d’États, majoritairement dirigés par un gouverneur républicain, poursuivent en justice le gouvernement de Barack Obama sur ce thème. »

Quel rapport avec la tuerie d’Orlando ? Aucun, sans doute. Sauf que n’importe quelle explication est préférable à l’indicible réalité : solitaire ou pas, Omar Mateen a revendiqué son appartenance à l’État islamique, et Daech a pris ses crimes à son crédit. La cause, c’est l’islamisme fou, lequel est anti-jeunes, anti-juifs, anti-femmes, anti-pédés, anti-musique, anti-danse, anti-joie de vivre et… pro-armes !

Au fond, ce qui hante tous ces politiques, la crainte qui rôde et que l’on entend sourdre sur les plateaux depuis deux jours, est celle-ci : « Cette affaire d’Orlando va avoir un impact sur les élections présidentielles américaines. » Comprenez qu’elle pourrait favoriser Donald Trump, lequel est un gros malin qui réclame déjà la démission d’Obama pour avoir nié l’existence d’un islam radical aux États-Unis.

Et si Trump demande la démission d’Obama pour incompétence, cela pourrait donner des idées à certains de ce côté-ci de l’Atlantique.

Bref, une méchante boule dans un jeu de quilles bien rodé !

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article