Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Mgr Lalanne ne sait pas si la pédophilie est un péché !

8 Avril 2016, 10:42am

Publié par Thomas Joly

Jeudi matin, Mgr Lalanne, évêque de Pontoise et responsable de la cellule de veille sur les questions de pédophilie à l’épiscopat depuis que ces histoires sordides font l’actualité, Mgr Lalanne, donc, a « demandé pardon ». Pardon aux victimes des pédophiles en tout genre, et particulièrement des prêtres pédophiles, pardon aussi aux chrétiens que ses tergiversations oiseuses proférées mardi sur RCF, le réseau des radios chrétiennes francophones, ont profondément choqués.

Quarante-huit heures pour que Mgr Lalanne, pontife incertain, se reprenne. Certes, on sait depuis les Anciens que le doute est la vertu du philosophe, mais on ne savait pas jusqu’ici que nos prélats eussent tant de mal à tailler leur route dans les méandres du bien et du mal.

Mardi, donc, Mgr Lalanne livrait aux auditeurs le fond trouble de sa pensée : « La pédophilie est un mal. Est-ce que c’est de l’ordre du péché ? Ça, je ne saurais pas dire, c’est différent pour chaque personne. Mais c’est un mal et la première chose à faire, c’est de protéger les victimes ou les éventuelles victimes. » Avant d’ajouter : « La difficulté, c’est : quelle conscience la personne a de ce mal ? Comment elle s’en sent responsable ? […] Quand on commet un péché, on a conscience qu’on blesse la relation à l’autre et qu’en blessant la relation à l’autre, on blesse la relation avec Dieu. »

Cher Mgr Lalanne, je n’ai pas comme vous des années de théologie derrière moi et des décennies de ministère. Je n’ai pas confessé – même si j’ai recueilli pas mal de confessions – et encore moins absous et, je l’avoue, il y a longtemps que j’ai fait la différence entre Dieu et la religion. J’ai juste vécu et tenté de garder, à travers les aléas de l’existence, une certaine forme de bon sens moral. Or, c’est cela même qui me semble aujourd’hui dramatiquement vous échapper, comme à nombre de vos confrères d’ailleurs.

Je vais être franche : si péché il y a, alors oui, la pédophilie en est un. Et même un sale péché. Et quand je pense à toutes les terreurs de « péchés mortels » que vos discours ont insufflées dans nos esprits d’enfants pour des peccadilles, vos hésitations me donnent au choix envie d’éclater de rire ou de vomir.

Puisque à l’évidence vous êtes vous aussi rongé par la maladie du temps – le relativisme engrossé par la psychanalyse -, je vais vous aider à pousser votre raisonnement : si l’on vous suit, alors les péchés du « sexe » n’ont jamais existé, sinon dans les discours de l’Église qui en ont éloigné tant de chrétiens sincères. Vous qui non seulement avez menacé de l’enfer les adeptes du plaisir solitaire, mais aussi n’autorisiez l’amour que pour la procréation ; vous qui interdisez aux divorcés de communier ; vous qui condamnez l’usage du préservatif malgré le SIDA, vous ne savez pas dire si enc… les petits garçons est un péché ?

Dites-moi, qu’est-ce qui est « péché », alors ? Voter Front national ?
Qu’est-ce qui ne va pas dans votre tête, Monseigneur ? Quel « padamalgame » miséricordieux vous ronge le cerveau ?

En fait, je vous crois victime. Peut-être l’avez-vous été vous aussi, de « comportements inappropriés » dans votre parcours d’enfant de chœur, de scout ou de jeune séminariste. Tripoté par des gens que vous estimiez, que vous aimiez, qui assuraient élever votre âme vers le Seigneur en baissant votre pantalon. Mais ce n’est pas de ce mal-là que je parle. C’est de la maladie qui est en train de tuer l’Occident : nous avons des pédophiles mais nous n’avons plus de couilles (et qu’on me pardonne ma grossièreté).

Nous ne savons plus dire où est le mal et voulons encore moins le condamner.

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article