Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le scandale de l’abattoir de Mauléon

4 Avril 2016, 05:35am

Publié par Thomas Joly

Pas une semaine ne passe sans qu’un nouveau scandale entache la réputation des abattoirs et – du moins indirectement – de la consommation de viande. Actuellement, c’est l’abattoir de Mauléon qui en fait les frais.

Animaux écartelés, frappés ou reprenant conscience avant d’être mis à mort. Les images de ces abattages bâclés sont à la limite du supportable. De quoi plonger la petite ville du Sud-Ouest dans la tourmente. Figurez-vous que le maire de la commune et le directeur de l’abattoir ont reçu des centaines de courriels injurieux et menaçants de la part d’internautes, bien sûr anonymes, partis en croisade virtuelle au nom de la cause animale.

Trois plaintes ont déjà été déposées par des associations contre l’abattoir de Mauléon. Le porte-parole de l’une d’entre elles, interviewé sur BFM TV, souhaite que chaque abattoir de France ait des caméras allumées toute la journée et consultables en ligne afin qu’un « regard citoyen » s’exerce sur ces établissements. D’autres associations du même acabit surenchérissent, réclamant un durcissement des normes, ainsi qu’une réglementation plus sévère de l’élevage et de l’abattage.

Notons que sur les sites Web de ces associations, il n’est presque jamais fait mention du halal, ni de la cruauté que constituent les abattages rituels. Cette indignation à géométrie variable porte malheureusement un large discrédit sur ces organismes.

Le discrédit est double si on prend en compte le fait que la majorité desdites ONG sont composées de « vegans » et autres antispécistes qui ne verraient pas d’un mauvais œil l’interdiction pure et simple de la viande, alors même que le végétarisme est partagé par seulement 2 % de la population française.

Mais en période d’émoi généralisé et de buzz médiatique, la réalité des faits est, hélas, occultée.

Les abattoirs français manquent cruellement de moyens : étouffés par les normes européennes et l’omniprésente suspicion des belles âmes antispécistes, en manque de main-d’œuvre et de moyens financiers. Beaucoup ont dû mettre la clé sous la porte à cause de scandales similaires ou simplement parce qu’ils avaient fait faillite. La condition sociale des employés reste précaire, et ces derniers sont souvent surmenés.

On ne peut justifier l’injustifiable. Or, les exactions commises dans l’abattoir de Mauléon sont injustifiables. L’instrumentalisation qu’en font certains lobbys dans leur croisade anti-viande nous semble tout aussi injustifiable. Les abattoirs ne sont pas des repères de sadiques. Et on peut être carnivore sans être barbare.

Car ces abattoirs ruraux ont une importance capitale pour l’économie locale, notamment par la création d’emplois qu’ils suscitent et les réseaux paysans qu’ils permettent de maintenir, loin de la viande anonyme et industrielle qui abonde sur le marché.

Nicolas Kirkitadze

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article