Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La Fleur au fusil

18 Février 2016, 10:22am

Publié par Thomas Joly

La feuille de route de Fleur Pellerin était pourtant limpide. Comme en atteste la séquence filmée sur le perron de l’Élysée dans laquelle François Hollande briefe sa nouvelle recrue, la mission n’est pas compliquée : « Va au spectacle. Il faut que tu te tapes ça, tu dis que c’est bien, que c’est beau. »

Dans son infinie naïveté, Fleurette s’était imaginé que son bon Président plaisantait, a-t-elle confessé à L’Obs dans sa première interview après licenciement. Et de mesurer, aujourd’hui, l’ampleur de sa méprise. Le conseil était très sérieux. Le boulot de ministre de la Culture, selon le gars François, consiste à aller se pâmer devant tout et n’importe quoi pour peu qu’il y ait prétention artistique. Ne froisser personne, flatter, s’extasier… Un plug anal géant, une poubelle du Centre Pompidou, un tableau de van Gogh… La grosse difficulté du travail consistant à distinguer des détritus oubliés par des visiteurs de détritus exposés dans le cadre d’une installation. Pas facile. C’était l’aspect un peu technique du job. Éviter de marcher sur une œuvre, savoir détecter l’art dans une salle où se tient une exposition avant-gardiste… Le néophyte ne sait où donner de l’admiration. Les poignées de porte ou le lavabo des toilettes font-ils partie du « travail » de l’artiste ?

Le sergent recruteur Hollande avait conseillé à Fleur Pellerin d’aller consulter l’oracle, celui qui lit la culture dans le marc de café : Jack Lang. Lui seul pouvait la guider dans cet univers impitoyable fait de bouts de ficelle, de morceaux de ferraille, d’acteurs nus, de danseurs immobiles… Une jungle épouvantable à laquelle l’ex-ministre se proposait d’initier la petite dernière. Quelles cacahuètes manger dans les vernissages, les marques de champagne qui ne font pas vomir, reconnaître Philippe Torreton dans une foule d’anonymes, ignorer Depardieu, etc. De toute évidence, Fleurette n’avait pas le niveau. Et elle l’avoue : « Quand je lis que j’ai un bilan mitigé, que je ne suis pas très populaire dans les milieux culturels, je me demande de qui on parle. De ceux qui sont très présents sur les plateaux de télévision et dans les cocktails parisiens ou de ceux qui participaient aux assises de la jeune création que j’ai organisées ? »

Et voilà. Trop gentille, pas assez dans la mouvance du n’importe quoi, trop peu flatteuse d’artistes à la mode, allez hop du balai et place à Audrey Azoulay dont le CV en impose : maîtrise de suivisme à l’université de Marrakech, experte internationale en cocktail mondain de gauche, doublure lumière d’Anne Sinclair et amie de Julie Gayet. Fleur ne pouvait pas lutter. L’eau du vase qui la contenait était trop trouble. L’ex de DSK a décliné l’offre. Même Nafissatou Diallo a refusé. Figurer dans ce gouvernement de fin du monde vous grille une carrière.

Une caution asiatique chasse l’autre. Pellerin s’en va, Placé arrive. À 180 km/h dans les rues de Paris. Où est-ce ? On me demande ? Entrée fracassante dans la cour de l’Élysée, toujours prêt, toujours gai. Pour la dernière ligne droite avant le mur de 2017, il fallait au moins un élément à la fibre kamikaze. Le faire sortir sera plus compliqué. Le GIGN, peut-être…

Jany Leroy

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article