Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Réinfo du 18 janvier 2016

18 Janvier 2016, 18:42pm

Publié par Thomas Joly

Au sommaire :

Déchéance de la nationalité pour les terroristes binationaux… Une polémique qui déchire la gauche et qui fait rire Daesh. Mais qui peut avoir le mérite de relancer le débat sur une réforme du Code de la nationalité. Le Parti de la France propose sa réforme. Et du même coup ses propositions pour en finir avec l’immigration-colonisation…

Et si à chaque plein d’essence, en passant à la pompe, vous gagniez un migrant ? La proposition du ministre allemand des Finances de mettre une taxe supplémentaire sur les carburants, pour financer la question des migrants fait jaser, surtout après les démonstrations de joie du vivre-ensemble de la Saint-Sylvestre, partout en Europe… Mais savez-vous ce que vous payez réellement quand vous faites le plein ?

La Saint-Sylvestre en Europe… Cologne, Düsseldorf, Francfort, Stuttgart, Zurich, Munich, Hambourg, Nuremberg, Berlin mais aussi Salzbourg, Vienne… la liste est longue, et elle n’est pas exhaustive… Toutes ces villes ont vu la nuit de la Saint Sylvestre se transformer en nuit cauchemardesque pour des milliers de femmes européennes, livrées à la violence sexuelle de groupes de migrants, organisés pour semer la terreur… Si la France, en la personne de son ministre de l’Intérieur, nie la réalité, les langues se délient outre-Rhin.

La guerre de l’eau est une réalité géopolitique. Les tensions sur les sources du Nil, entre l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie doivent rappeler à l’Europe l’importance de ses ressources en eau douce. Mais c’est sans doute trop écologique pour ceux qui n’ont d’intérêts que pour le métissage, le mariage pour tous, le Gender ou la PMA-GPA.

Et, pour finir : une riche actualité pour le Parti de la France, entre nominations nationales et locales, rendez-vous traditionnels du mois de janvier, la préparation du IIIe Congrès, ou encore la remise du Prix renaissance 2016 à Roger Holeindre.

Commenter cet article