Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Pour sauver Benzema, Le Graet joue le racisme (par Pierre Cassen)

21 Janvier 2016, 06:15am

Publié par Thomas Joly

Noël Le Graet est président de la Fédération française de football (FFF) depuis 2012. Militant socialiste, il commencera sa carrière comme fonctionnaire aux impôts, avant de devenir président du club de football de Guingamp. Maire de cette ville durant deux mandats, il deviendra également un brillant entrepreneur de l’agro-alimentaire, avec 700 employés sous ses ordres.

C’est cet homme en larmes qui annoncera, le cœur brisé, le 10 décembre dernier, que « Karim Benzema n’était plus sélectionnable en équipe de France », mais qu’il espérait qu’il le serait de nouveau, à l’occasion de l’Euro qui se déroulera en France, du 10 juin au 7 juillet prochain.

Qu’avait donc fait le malheureux ? Il joue en équipe de France avec Mathieu Valbuena. Ce dernier a eu la curieuse idée de réaliser une vidéo torride avec sa copine. Ce document, fort gênant pour lui, s’est mystérieusement retrouvé en possession de Karim Zenati, ami d’enfance de Karim Benzema, en libération conditionnelle, par ailleurs salarié par le joueur madrilène. Le délinquant a voulu faire chanter le footeux-hardeur. Et Benzema a encouragé Valbuena à payer la rançon, ne faisant rien pour dissuader son ami d’enfance de ne pas racketter son partenaire. Il a même été surpris, sur écoute, à le qualifier de « tarlouze ». Bref, chez Benzema, la solidarité communautaire a été supérieure au respect des lois françaises et à l’entraide due à un partenaire de l’équipe de France.

Ces faits ont amené à une mise en examen de l’avant-centre du Real Madrid, pour « complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs ».

De quoi alourdir un dossier déjà bien chargé. Né à Lyon, il a toujours affirmé que l’Algérie était le pays de son cœur, mais que le côté sportif (comprenez les contrats juteux) lui avait fait choisir la France. Il a toujours revendiqué le fait de ne jamais chanter « La Marseillaise ». Il a été impliqué dans plusieurs affaires extra-sportives peu glorieuses (prostitution et conduite sans permis à plus de 200 km/h). Il a même réussi, à la fin d’une « Marseillaise » jouée à Madrid, en hommage aux victimes du Bataclan, à se faire filmer en train de balancer un énorme crachat sur la pelouse.

En équipe de France, son rendement est des plus discutables : 27 buts sur 81 matchs, des statistiques fort éloignées de celles des meilleurs attaquants mondiaux.

Le nageur Camille Lacourt a été le premier sportif de haut niveau à oser dire : « Pour moi, il n’a plus sa place en équipe de France après toutes les erreurs qu’il a commises dans un temps trop bref. » Dans le même esprit, Manuel Valls a ajouté : « Un grand sportif doit être exemplaire. S’il ne l’est pas, il n’a pas sa place en équipe de France. »

Pourtant, ces dernières heures, Karim Benzema a bénéficié de deux soutiens de poids. D’abord celui de Zidane, nouvel entraîneur du Real Madrid, qui nous a appris que « la France ne pouvait pas se passer de Benzema ». Jugement sportif ou soutien communautariste ?

Mais c’est surtout le président de la FFF, Noël Le Graet en personne, qui est monté au créneau, en racialisant le débat. « Parce que j’aime bien Benzema, on a l’impression que je deviens quelqu’un de malhonnête. Il faut dire quoi ? À mort l’Arabe ? »

En laissant entendre que les sanctions contre Benzema et le refus d’un tel comportement auraient un caractère raciste, Le Graet essaie de culpabiliser la majorité des Français qui ne supportent plus l’idée de voir ce joueur au comportement de racaille porter encore le maillot des Bleus.

Le président de la FFF ira-t-il jusqu’à faire virer Valbuena de l’équipe de France, pour faciliter le retour du malheureux Karim ? Il nous confirmerait alors qu’il est bien toujours socialiste…

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article