Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Des hommes en mini-jupe manifestent contre le harcèlement sexuel à Amsterdam

17 Janvier 2016, 19:01pm

Publié par Thomas Joly

Un groupe de jeunes hommes vêtus de jupes se sont ressemblés dans la capitale des Pays-Bas pour exprimer leur soutien aux victimes des attaques sexuelles qui ont touché Cologne et plusieurs villes européennes lors de la Saint-Sylvestre.

«Trop souvent, le harcèlement sexuel contre les femmes est présenté comme un problème : ne portez pas de jupes ! Mais ce n’est pas une solution. Ce n’est pas de la faute des jupes courtes », a écrit l’un des organisateurs sur sa page Facebook.

« Pour cette raison, nous échangeons les rôles et célébrons la jupe et la liberté qu’elle donne. Nous montrons nos jambes poilues dans une société libre où les femmes peuvent se promener dans les rues librement, le jour et la nuit, en jupes courtes même en plein hiver », a-t-il conclu. 

Voilà la réaction virile et guerrière que l'on attendait d'une population saine et fière après les agressions sexuelles massives du Nouvel An, commises par des centaines de racailles étrangères enragées sur des femmes exclusivement blanches...

Source : https://francais.rt.com/international/14086-amsterdam-hommes-mini-jupe

Commenter cet article

Le pédagogue 15/05/2016 20:11

Le pédagogue :


Dans les aires de turpitudes, il n’y a pas que le sexe : il y a aussi le cul.
En France, « les femmes libérée » et leurs équivalents au masculin, font de la baise l’un des principes fondamentaux de la « parité » !
Les « accusations » d’agressions, de harcèlements sexuels pimentent la « démocratie », et rappellent qu’il y a « une justice » qui blanchit les politicards désignés, lorsque ce n’est pas eux qui font condamner les « victimes » pour « diffamation ».
Et le spectacle se poursuit.
Lorsqu’il s’agit de politicards d’un certain « calibre », dans les pays « cifilizés », les « zélés-cteurs » et les « zéléés-ctrices » en redemandent.
Au temps de Sarkozy et de ses histoires avec ses femmes, les hurlements de la gauche contre la droite ne cessaient pas.
Ils voulaient « la Ré-pu-blique exemplaire ».
Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre !
Aujourd’hui, les histoires de François Hollande avec ses femmes ne regardent que lui, dit la gauche, et toute « révélation » est une « atteinte à la vie privée » et donnera lieu à des poursuites judiciaires et patati et patata.
Cela excite encore plus les « zélés-cteurs » et les « zéléés-ctrices » et les fait même jouir.
De manière générale, les « révélations » ne manquent pas quant aux « déboires conjugaux » de chefs d’État et de Gouvernement qui s’adonnent chez eux, dans des palaces ou ailleurs à des orgies, sur les frasques de ministres putes et « sauteurs », sur d’autres qui s’envoient en l’air dans des bureaux, des ascenseurs et des chiottes, sur des députés, des sénateurs et autres « élus » qui copulent à qui mieux mieux dans des véhicules de « service » et des recoins de bâtiments « publics », et fricotent dans de multiples endroits d’institutions diverses, qui aménagent mille et une rencontres pour se livrer à des enculeries et autres explorations anatomiques, sur des membres racoleurs de partis politiques, toute tendance con-fondue, qui usent de leur corps pour recruter, sur ceux et celles qui font l’éloge de la « promotion canapé », et qui défendent la fornication, l’homosexualité, le lesbianisme, l’adultère et autres.
Cependant dit l’amoral de gauche, il ne faut pas hésiter à condamner les « zabus », sans toutefois offrir aux « zénnemis islamistes », des « zarmes » pour niquer la « civilisation » !
C’est dire que « le tintamarre » parisien qui tente cette semaine, avec ses sonorités cul-turelles, d’enclencher une danse du ventre au sujet des agissements d’un Denis Baupin, dit député écologiste de gauche, désigné comme agresseur sexuel, font partie du « folklore » de la débauche.