Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Vladimir Poutine « espère » ne pas avoir à utiliser l’arme nucléaire contre l’État Islamique

9 Décembre 2015, 06:58am

Publié par Thomas Joly

Dans un conflit dont l’ampleur est désormais régionale, avec l’implication des principales puissances nucléaires de la planète, Vladimir Poutine a adressé une menace voilée aux états soutenant l’Etat Islamique et le renversement de Bachar al Assad en Syrie.

Le président russe a rencontre le ministre de la Défense, Sergueï Shoigu, pour faire le point sur la situation en Syrie et sur les frappes opérées depuis un sous-marin présent en Méditerranée. Le site du Kremlin a publié un extrait des échanges (source) : « Concernant les frappes depuis les sous-marins, nous devons évidemment analyser tout ce qui se passe sur le champ de bataille, comment se comportent nos armes. Les “Kalibr” [missiles embarqués] comme nos roquettes X-101 ont prouvé leur grande qualité. Cette nouvelle arme, moderne, hautement efficace et extrêmement précise peut être équipée à la fois de têtes conventionnelles comme de têtes nucléaires spéciales. Naturellement, dans le combat contre le terrorisme, il n’est pas nécessaire – et j’espère qu’il n’y en aura pas besoin – d’armes nucléaires. »

Cette menace à peine déguisée vise naturellement tous ceux qui soutiennent activement, même secrètement, l’Etat Islamique. Au premier rang desquels la Turquie. Le président russe, en commentant ainsi les capacités de ses sous-marins, a fait entendre qu’il était en mesure de répliquer à toute action des puissances islamiques régionales s’opposant à sa politique en Syrie.

Dans le même temps, le parlement irakien a indiqué vouloir mettre un terme à la présence américaine en Irak (source). Cette présence est négociée dans le cadre d’un traité d’assistance militaire. Le parlement irakien, furieux de l’incursion turque dans le nord du pays sous contrôle kurde, a annoncé vouloir demander à la Russie d’aider Bagdad à se débarrasser de l’Etat Islamique. Bref, de renverser les alliances et de faire de l’Irak un allié de l’Iran, protégé par la Russie.

Source : http://breizatao.com

Commenter cet article

Le Ket de Bruxelles 10/12/2015 13:25

Une bombe nucléaire ( aux neutrons) a d'ailleurs été utilisée par la coalition arabe au Yémen au mois d'août dans la banlieue de Sanaa.
Pourquoi donc ne pas faire de même pour la ville de Raqqa cœur des takfiristes ?