Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

L’imposture éolienne : la preuve par l’exemple (par Pierre Van Ommeslaeghe)

1 Décembre 2015, 06:26am

Publié par Thomas Joly

À l’heure où se déroule une conférence censée prendre des mesures pour lutter contre le changement climatique, il est bon de dévoiler les impostures.

Les forêts sont, avec les océans, les principaux « puits de carbone ». Une forêt exploitée absorbe le gaz carbonique (CO2), principal gaz à effet de serre. Il convient donc de les préserver et même de les développer. La forêt des Palanges est le plus grand massif forestier de l’Aveyron, elle couvre 50 km2. Dans cette forêt, sur le territoire de la commune de Bertholène, une société projette d’implanter six aérogénérateurs. Ce projet est révélateur de l’imposture que représentent ces engins, que nous avons déjà dénoncée ici.

Il est déjà mensonger de prétendre que cette énergie est gratuite quand elle est subventionné. Mensonger de prétendre qu’elle est écologique quand on injecte des centaines de mètres cubes de béton dans le sol pour chaque mât et que plusieurs kilos de terres rares, dont l’exploitation est écologiquement désastreuse, se trouvent dans leur nacelle. Mensonger de prétendre qu’elles peuvent être une alternative au nucléaire quand les spécialistes estiment qu’au plus trente pour cent de l’électricité peut être produite par les aérogénérateurs sur un réseau. Mensonger de prétendre qu’en France ils diminueraient l’émission de gaz à effet de serre puisque le nucléaire (près de 80 % de la production) n’en rejette pas.

Mais vouloir implanter ces machines dans la forêt des Palanges manifeste de manière éclatante l’imposture écologique qu’elles représentent. Pour ce faire, on va déboiser des hectares ; imperméabiliser les sols à proximité de zones humides sans que personne ne sache l’impact que cela aura sur celles-ci ; détruire des plantes protégées ; mettre en danger des espèces protégées (rapaces, chauves-souris, batraciens) qui vivent dans cette zone. Qui peut prétendre que l’environnement en sortira gagnant ? Cette forêt a déjà été abîmée dans le passé. Elle a abrité une mine de charbon, une mine de baryte et une mine d’uranium. Les stigmates de ces installations y sont encore visibles. Une ligne à très haute tension y forme une longue saignée. Va-t-on encore l’amputer d’un morceau, puis d’un autre, jusqu’à sa disparition totale ?

Risquons un jeu de mots : l’éolien est l’arbre qui cache la forêt. Transformer une forêt en zone industrielle, c’est considérer que c’est un espace inutile, non productif, au mieux un espace de loisir. Pourtant, le bois est la première des énergies renouvelables. Le chauffage au bois a sans doute le bilan carbone le plus bas de toutes les énergies. La construction de bâtiments en bois (charpentes, ossatures bois, etc.) stocke le CO2 pour des décennies. Préserver les forêts, pas seulement par souci de l’environnement mais aussi pour en exploiter le bois, est la façon la plus simple et la plus efficace de préserver le climat. C’est, de plus, une activité qui génère de l’emploi. La France a, en Europe, la plus grande surface forestière. Elle serait bien inspirée d’en développer l’exploitation au lieu d’investir dans des moulins à vent ruineux, laids, bruyants et surtout inefficaces.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article