Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Durant la Cop21, « Wanted » les criminels climatiques ! (par Marc Le Menn)

12 Décembre 2015, 18:29pm

Publié par Thomas Joly

Les Parisiens auront peut être remarqué, depuis quelques jours, le millier d’affiches « WANTED » placardées à proximité de quelques grands hôtels. Sur ces affiches figure le portrait de sept participants à la COP21. Elles sont le fait d’une organisation écologiste appelée Avaaz, créé par Ricken Patel, un ancien consultant pour l’ONU et la fondation Rockefeller.

Une des victimes de ce procédé répugnant s’appelle Bjorn Lomborg. Le crime dont on l’accuse : avoir voulu torpiller les négociations sur le climat ! Mais qui est-il exactement, et qu’a-t-il fait ?

Lomborg est professeur de statistiques à la Copenhagen Business School. C’est aussi un ancien membre de Greenpeace et l’auteur du livre « L’écologiste sceptique », préfacé par Claude Allègre. Nous y voilà. Dans ce livre, ô traîtrise absolue, il démontre à l’encontre de tous les discours officiels, chiffres à l’appui, que la planète va mieux !

Il est également l’auteur d’un article intitulé « Impact des dernières propositions sur le climat », publié dans une revue à comité de lecture appelée Global Policy en novembre dernier. Afin d’évaluer les propositions faites avant la COP21 par les différents États concernant la réduction des émissions de CO2, il a utilisé un modèle numérique du GIEC permettant de simuler l’impact supposé ce gaz sur l’augmentation des températures moyennes de la planète. Il est arrivé aux mêmes résultats qu’une autre équipe du prestigieux MIT, et ceux-ci sont plutôt consternants : les propositions américaines permettraient en 2100, un abaissement de 0,031° dans le meilleur des cas, celles de l’Europe auraient un impact de 0,026°C, celles de la Chine, 0,048°C. Pour l’ensemble des pays, l’impact supposé serait de 0,17°C en moyenne, et à condition que les propositions soient appliquées jusqu’en 2100 !

Ces chiffres sont à opposer au coût prévisionnel de l’organisation de la COP21, 187 millions d’€, aux coûts du déplacement des 40.000 personnes qui y étaient attendues, aux milliards d’euro versés dans le fond vert pour les pays en voie de développement, j’en passe et des meilleures.

Dans un article traduit par La tribune du 6 novembre dernier, le même criminel climatique en remet une couche en affirmant, toujours chiffres à l’appui, que les énergies renouvelables ne sont pas compétitives, contrairement à ce que l’on nous raconte, et qu’elles ne pourront pas se passer de subventions étatiques avant un moment. Ainsi, selon lui, « l’énergie verte coûte 158 milliards d’€ en subventions chaque année et cette facture s’élèvera à 194 milliards d’€ par an d’ici 2040 ». Ca fait cher le millième de degrés Celsius, en particulier pour nous qui devrons payer !

Il y a des vérités qui ne sont donc pas bonnes à être dévoilées au grand jour, et on comprend un peu mieux pourquoi ce monsieur a retrouvé son portrait placardé sur les murs de la capitale, avec comme mention « recherché pour destruction de notre avenir ». Mais… de l’avenir de qui était-il question ?

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article