Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Quai d’Orsay : entre bateau ivre et doigt mouillé (par Nicolas Gauthier)

28 Novembre 2015, 09:00am

Publié par Thomas Joly

Laurent Fabius, en admettant, sur les ondes de RTL, ce vendredi matin, que la coalition anti-Daech pourrait inclure les forces armées gouvernementales de l’État syrien, aura, en quelque sorte, mangé son chapeau en direct.

En tentant de demeurer chrétien, on dira que l’homme n’a pas particulièrement brillé au Quai d’Orsay. Il n’y fut, d’ailleurs, qu’un second choix, un peu comme son prédécesseur, Bernard Kouchner, embauché en CDD par Nicolas Sarkozy, la rumeur voulant que la nomination d’un Hubert Védrine ait été à l’époque tenue pour casus belli par le CRIF, Conseil représentatif des institutions juives ne représentant, par ailleurs, que sa menue poignée d’adhérents et ses quelques riches bienfaiteurs. Un peu comme LGBT et nos copains pédés…

À la faveur, ou défaveur, d’élections régionales aux résultats s’annonçant pour le moins acrobatiques, le bruit court, dans le même microcosme journalistique, que Laurent Fabius céderait sa place au même Hubert Védrine. Vrai ou faux ? Les récentes déclarations de l’actuel ministre des Affaires étrangères indiquent, tout au moins, qu’il a repris à son compte la vulgate de son possible successeur, laquelle consiste à un retour à la politique du réel.

Seulement voilà, n’est-ce déjà pas trop tard ? Car cette coalition hétéroclite se signale avant tout par un évident manque de cohérence interne.

La Russie tente vaille que vaille de sauver son traditionnel allié syrien, même si, tel que dit par Vladimir Poutine, « Moscou n’est pas marié avec Bachar el-Assad… » Sans oublier le port de Tartous, seul ancrage russe en Méditerranée.

La Turquie, prise entre son éternel tropisme anti-kurde et son immémoriale inimitié d’avec la Russie, campe, de manière des plus hasardeuses, sur sa propre partition, sachant que le leadership de l’Orient musulman se joue entre trois capitales : Ankara, Riyad et Téhéran.

L’Arabie Saoudite est prête à tout pour briser l’arc chiite, lequel va de Téhéran à Damas, de Beyrouth à Gaza. Et va même jusqu’à le traquer au Yémen. Mais comme nos amis saoudiens et ventripotents n’osent aller sur le terrain, ce sont près de cinq cents mercenaires colombiens qui vont aller au contact des populations chiites locales.

L’Iran est prêt à tout pour conserver ce même arc, sur fond de guerre civile interreligieuse opposant sunnites et chiites, guerre dans laquelle minorités chrétiennes ou yazidis ne sont, finalement, que victimes collatérales.

Le Qatar rivalise de longue date avec l’Arabie saoudite, le premier finançant les Frères musulmans et la seconde, jusqu’il y a peu, les salafistes énervés de Daech. Ce duel qui ne dit pas son nom s’est récemment joué en Égypte, là où le Qatar soutenait le président Morsi, renversé par une armée soi-disant laïque, mais financée par Riyad, est soutenue, suprême ironie, par les salafistes locaux, eux aussi financés par les Saoudiens.

Les USA comptent les points. Ont un temps financé les groupes islamistes en Syrie afin de faire tomber le régime officiel. Avant de se raviser devant ce nouveau désastre. Il est un fait que les guerres menées par leurs soins en Afghanistan et par deux fois en Irak n’ont pas particulièrement été des succès stratégiques majeurs.

Si l’on résume, un agrégat de puissances aux intérêts contradictoires ne peut former une coalition digne de ce nom. Techniquement, il est toujours possible de gagner une guerre en écrasant une population sous un tapis de bombes. Mais après ? Comment gagner la paix ? Avec quel plan et quelles solutions politiques ?

Heureusement qu’en France, nous avons un Clausewitz doublé d’un Sun Tzu à l’Élysée. Ainsi, cette déclaration solennelle de François Hollande, lors de la journée de deuil national de ce vendredi : « Nous multiplierons les concerts et continueront à aller dans les stades. »

Ouf ! La France est enfin sauvée.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article