Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

L’omerta dans les cités face au terrorisme (par Charles Demassieux)

20 Novembre 2015, 06:36am

Publié par Thomas Joly

Une image en dit souvent plus que les apparences qu’elle montre. Ces derniers jours, lors d’une interview, une femme, le visage dissimulé mais dont on devinait aisément qu’elle portait un voile, révélait qu’elle avait autrefois aperçu l’un des tueurs – son voisin – du vendredi 13 novembre avec un sac contenant des armes. Question : pourquoi n’a-t-elle pas prévenu les autorités à l’époque ?

Et si le succès de ces massacres à Paris tenait à un élément qui constitue une pierre angulaire de l’islam : l’Oumma, laquelle unit les musulmans par-delà leurs origines et nationalités ?

L’omerta, autant culturelle que cultuelle, est d’ailleurs la condition sine qua non de tous les trafics qui prolifèrent dans les cités. Il n’est qu’à voir le faible butin de guerre récolté par les forces de l’ordre au cours des descentes de ces derniers jours dans le cadre de l’enquête ayant suivi les attentats.

Certains argueront que c’est la peur exercée sur les habitants qui maintient cette omerta. Quelques-uns, je veux bien le croire, craignent les représailles, mais je reste convaincu que la majorité agit en conscience et par solidarité avec ses frères en religion.

Parce que dans ces zones de non-droit, ce n’est plus la France. Ne parle-t-on pas de « territoires perdus de la République » ? Perdus avec le consentement de politiques démagogiques et inconscientes de ce qui se joue dans ces no man’s land de notre pays.

Ces foyers de délinquance sont aussi, bien souvent, des foyers d’intégrisme islamique ; et si le silence est dommageable dans les affaires de trafic, il est – nous venons de le constater douloureusement – massivement meurtrier quand on parle de terrorisme.

Hélas, comme au non-droit on persiste à opposer le droit, nous avons peu de chances de changer cet état de fait. Tant que nous ne prendrons pas nos responsabilités, d’autres terroristes se financeront par le trafic des cités, y prépareront leurs expéditions sanglantes et s’y réfugieront le cas échéant.

Le Président claironne que nous sommes en guerre, mais il n’attaque pas les positions ennemies. Parce qu’on veut sauver cette sacro-sainte démocratie et agir en conformité avec le droit !

Il faudrait que les décideurs et les juges prennent conscience que cet ennemi-là n’a pas peur de mourir, pourvu qu’il fasse un maximum de victimes. En 2009, un communiqué d’Al-Qaïda adressé aux États-Unis – dont le contenu vaut pour nous – déclarait : « Nous avons préparé pour vous des hommes qui aiment la mort autant que vous aimez la vie. Avec la bénédiction d’Allah, nous viendrons à vous d’où vous ne nous attendez pas. »

Pire : cet ennemi connaît nos us et coutumes et sait comment nous frapper le plus cruellement possible. C’est un monstre que nous avons nourri en même temps que nous nous sommes déshabitués à nous battre. En ce sens, il y a bien une cinquième colonne en France, composée de très nombreux individus. Prétendre le contraire, c’est s’aveugler ou, pire, collaborer avec l’ennemi.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article