Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Pour NKM, les climato-sceptiques sont des « connards ». Que fait Guy Bedos ? (par Gabrielle Cluzel)

8 Octobre 2015, 05:17am

Publié par Thomas Joly

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, les climato-sceptiques sont des « connards ». C’était lundi soir, dans « Le Grand-Journal » de Canal+ animé par Maïtna Biraben. NKM était interrogée sur le livre Climat Investigation de Philippe Verdier, chef du service météo de France Télévisions, livre dont elle ne pense que du mal, bien que, de son aveu même… elle ne l’ait pas lu.

Les climato-sceptiques ont peut-être raison. Ils ont peut-être tort. Là n’est pas la question. La seule question, la vraie question, est de savoir comment un ancien ministre, vice-présidente d’un des partis les plus influents du pays, ayant prétendu récemment à devenir maire de Paris, peut avoir assez de désinvolture, de mépris et d’immaturité pour dénigrer un bouquin dont elle avoue elle-même ne pas connaître le contenu, et injurier gratuitement son auteur en même temps que tous ceux qui partagent l’avis de celui-ci ?

Sans doute s’est-elle laissée emporter par l’ambiance du plateau, les ricanements du public dans son dos, les incitations à « se lâcher » des animateurs, comme ces premières de classe rosissantes que les redoublants du dernier rang poussent à proférer des vannes salaces et qui, flattées d’être enfin l’objet de leur attention, n’osent rien leur refuser. Mais NKM n’a plus de cartable Tann’s dans le dos ni d’agenda Hello Kitty. Elle aspire aux plus hautes fonctions de l’État.

Que celui qui n’a jamais proféré ce mot-là derrière son volant, quand un chauffard vient d’assortir sa queue de poisson d’un doigt d’honneur, lui jette la première pierre. Son « président » Nicolas Sarkozy, lui-même, n’a-t-il pas lancé un « Casse-toi, pauv’con », relevé par deux pigistes de passage, à un homme qui refusait sa main tendue ? Sauf que la parole de NKM était publique, sauf que personne ne l’a prise en traître, sauf que personne ne l’a préalablement insultée.

Voici donc comment NKM conçoit le débat : la réduction ad connarum, façon Bedos, sans s’embarrasser de chercher à connaître l’argumentaire d’en face.

Voilà donc comment NKM conçoit l’exemplarité en politique : sûr que les lycéens, après l’école devant leur écran, n’en ont pas perdu une miette, et sont partis faire leurs devoirs en conséquence – « Stendhal est un connard. Pas besoin de lire son bouquin pour le savoir ». Puisque ce sont là des méthodes de polytechnicienne, on aurait bien tort de s’enquiquiner.

Voilà donc comment NKM conçoit le vivre ensemble avec « l’autre », celui « qui ne pense pas comme nous » : dans l’invective grossière. Quand les Français, eux, devraient se faire des bisous partout.

Dans les familles politiques, comme dans toutes les familles, il est des étiquettes qui vous collent à la peau : chez Les Républicains, par exemple, Nadine Morano serait la fille vulgaire à l’intelligence sommaire, et NKM la grande liane futée, classe et déliée. Parfois, pourtant, on peut se demander qui, des deux, est réellement la poissonnière.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article