Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Coming out d’un membre de la curie : les oiseaux ne se cachent plus pour mourir (par Pascal Célérier)

5 Octobre 2015, 05:08am

Publié par Thomas Joly

Un membre de la curie a révélé qu’il avait un « compagnon ». Dans Newsweek. Devant les télévisions. Tout sourire, en col romain, il nous a aussi présenté, à nous, voyeurs du monde entier, la frimousse de ce « compagnon ». Enchanté !

Mais notre prêtre polonais, peut-être en pleine crise de la quarantaine, a voulu donner à cet événement personnel – on n’ose dire intime, à ce stade de médiatisation – une dimension qu’il souhaite prophétique. « Je le fais pour moi, pour ma communauté, pour l’Église. » Drôle de trinité…

Passons sur le « pour moi » : aveu naïf, somme toute assez touchant. Mais on attendrait que la communauté d’un prêtre soit celle de l’Église plutôt que celle des gay.

Avec l’enthousiasme des nouveaux convertis, il a donc entonné le refrain des revendications de sa « communauté » : « Je voudrais dire au synode que l’amour homosexuel est un amour familial, qui a besoin de la famille. Chacun, et même les gay, les lesbiennes et les transsexuels, porte dans son cœur un désir d’amour et de famille. » Autrement dit, mariage et enfants pour tous ? C’est, encore une fois, prendre le problème à l’envers : le synode n’a pas pour but le bien-être de telle ou telle catégorie de personnes, mais de redire à temps et à contre-temps le bonheur promis à l’homme et à la femme, d’abord dans la Genèse, puis dans l’Évangile.

Relisez les paroles de Jésus de ce dimanche, cher père, avant de nous assener votre homélie arc-en-ciel !

« Mais au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme.
À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »

Mais notre gentil prêtre polonais a aussi des comptes à régler contre un « clergé […] largement homosexuel et aussi, malheureusement, homophobe jusqu’à la paranoïa ». Et de dénoncer les « persécutions » de l’Église contre les homosexuels. Rien que cela ! Sauf que notre prêtre qui se veut prophète est en retard de quelques siècles et qu’il y a bien longtemps que l’Église ne persécute plus les homos ! Et qu’il serait mieux inspiré de dénoncer une autre religion, en pleine expansion, qui, elle, persécute les homosexuels, jusqu’à la mort.

Et puis, ce brave monsignore a tout de même bien gravi les échelons de la hiérarchie de cette Église pour devenir membre de la curie. Est-ce ainsi que l’Église persécute les homosexuels ? À moins qu’il n’ait omis de s’ouvrir de l’existence de ce compagnon à son confesseur. Mais alors, qui est paranoïaque ?

Il a choisi de sortir de cette incohérence par un scandale. Mais un scandale très politiquement correct, destiné à faire de sa conversion au catéchisme LGBT sur la famille un élément de propagande supplémentaire. Or, nul n’est forcé de prendre pour parole d’évangile ce qui sort de la bouche d’un tel prophète, même quand il se prétend expert de « l’amour homosexuel »

Car, en la matière, il faudrait peut-être un jour entendre aussi ces hommes qui, bien plus discrets, ont choisi de vivre ce qu’ils croyaient être leur orientation homosexuelle en vérité, face à eux-mêmes et face au Christ, ont connu ou pas les affres de la vie gay et ont eu la grâce de se découvrir vraiment dans l’amour d’une femme.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article