Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Arles : une cinquantaine de « jeunes » agressent deux policiers (par François Teutsch)

6 Octobre 2015, 05:35am

Publié par Thomas Joly

La presse est unanime. À la virgule et au guillemet près, elle reprend en chœur la même présentation d’un fait divers qui doit être, à leurs yeux, moins important que le foot, les propos nauséabonds de Morano ou, bien sûr, le coming out d’un prélat romain. Rien de grave, juste un incident dans une banlieue d’Arles.

La presse donc, qui titre (typographie respectée par Boulevard Voltaire) « Arles : “guet-apens” contre deux policiers » (Le Figaro), « Arles : deux policiers blessés dans un “guet-apens” dans une cité » (Le Parisien), « Arles : un “guet-apens” tendu à deux policiers » (Le Dauphiné et les DNA), et ainsi de suite. Même le site Fdesouche reprend cette typographie. Le texte de l’article vient directement des ordinateurs de l’AFP. Seuls quelques sites, comme Atlantico ou, de manière plus surprenante, FranceBleu.fr, titrent sans guillemets et rédigent leur propre article.

Ce qui s’est passé à Arles dimanche soir est malheureusement banal : des policiers de la BAC violemment pris à partie par une bande de délinquants alors qu’ils intervenaient sur un incendie de voiture en appui à leurs collègues de police secours. Deux d’entre eux ont été agressés et ont dû se battre à mains nues, ce qui leur a valu d’être blessés. Leur véhicule a été brûlé. On vous le disait, des faits très banals. Hélas !

Ce qui est remarquable dans cette affaire, c’est la manière dont les faits sont narrés par la presse. L’usage des guillemets dans le titre a pour effet immédiat de jeter le soupçon sur la réalité du guet-apens. Si le mot est entre guillemets, c’est qu’il doit être pris avec précaution. Il ne correspond pas nécessairement à la vérité, et le journaliste ne le reprend pas à son compte. L’AFP utilise les guillemets, donc la presse lui emboîte le pas puisqu’elle achète son article et n’y change pas une virgule. On voit comment est faite l’information.

La seconde particularité – habituelle – de cet article, c’est qu’à aucun moment les « jeunes » ne sont décrits. On imagine volontiers qu’aucun journaliste ne s’en est approché. Cela n’empêche qu’une petite enquête de voisinage, ou auprès des policiers, permettrait d’en savoir plus. Il s’agit peut-être de jeunes bourgeois désœuvrés, entre deux soirées d’école de commerce et la messe du dimanche ; de hordes fascisantes identitaires, du genre à dérouler des banderoles sur les lieux publics pour le seul plaisir d’être interpellés ; de militants homophobes complaisamment pris en photo sous toutes les coutures (Cyrillus). Pourquoi donc la presse ne le dit-elle pas ?

La réalité, nous le savons, c’est que ces « jeunes » sont tous issus de l’immigration. Il n’est donc pas question de le dire, pour ne pas stigmatiser des populations défavorisées, pour ne pas pointer du doigt des personnes, pour ne pas susciter de sentiment de racisme, de réflexe xénophobe.

Les naïfs que nous sommes pensaient que l’inexistence des races empêchait toute expression de racisme. Que la nationalité française dont bénéficient tous ces jeunes supprimait toute tentation de xénophobie. Que les milliards dépensés dans une politique de la ville ubuesque faisaient de ces quartiers des havres de paix, de « vivre ensemble » – quel joli mot ! – et de sociabilité multiculturelle pacifiée.

Le silence est, à lui seul, une information. Plus grand monde n’est dupe. Et l’habituel chœur des vierges effarouchées se lamentera, en décembre prochain, du résultat des élections…

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article