Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Christine Lagarde : vive Macron, la novlangue et les migrants ! (par Eloïse Gloria)

29 Septembre 2015, 05:11am

Publié par Thomas Joly

Dans une interview accordée cette semaine aux Échos, Christine Lagarde a inauguré le concept de « reprise qui décélère » – à ranger à côté de « l’inflation négative » dans le petit manuel de novlangue économique – pour justifier sa révision à la baisse de la croissance mondiale. La routine : comme à peu près chaque année depuis cinq ans, le FMI nous assure que le redémarrage est imminent avant de confesser que, finalement, ce sera peut-être moins rapide que prévu. En 2014, l’ancien ministre des Finances nous annonçait une croissance mondiale « modérée » qui « repartira en 2015 », tirée pour « l’essentiel » par les émergents, « mais à un rythme plus lent ». Résultat : ça ne redécolle pas et les émergents s’enlisent, à l’exception de l’Inde. Mais « le ralentissement chinois bien géré est une bonne nouvelle si on arrive à l’anticiper et à l’intégrer », soutient-elle. Comprenne qui pourra.

Christine Lagarde salue également « la situation de l’emploi satisfaisante » outre-Atlantique et « la politique monétaire menée par le Royaume-Uni, le Japon [dont la note a été dégradée par Standard & Poor’s] et la BCE, qui va dans la bonne direction », alors que nombre de spécialistes dénoncent la nocivité des quantitative easing qui inondent d’argent les marchés financiers sans profiter à l’économie réelle. « Aujourd’hui, aux États-Unis, on n’a qu’un contrat sur 7 ou 8 qui est l’équivalent d’un CDI. C’est pire en Angleterre puisqu’on en est à un sur 14. Les pays anglo-saxons ne tiennent pour l’instant que grâce au QE. Et aux USA, il y a plus de 90 millions d’Américains qui n’ont pas d’emploi, c’est historique, une proportion qu’on n’a même pas connue en 1929 ! », indique Philippe Béchade, des Éconoclastes. Un détail qui ne semble pas gêner la grande prêtresse du libéralisme débridé, nouvelle groupie d’Emmanuel Macron.

« Bienvenue à Macron ! Et vive Macron 2, vive Macron 3 ! La France a besoin de beaucoup de réformes, et donc de beaucoup de lois Macron ! », jubile la directrice du FMI, qui incitait déjà l’an dernier les pays européens à s’attaquer au « carcan de la réglementation du travail ». Quitte à appauvrir les citoyens ? En 2012, elle affirmait que l’austérité excessive en Europe était une « catastrophe », avant de décréter en 2013 qu’il n’y avait « pas d’alternative » puis de conclure en 2014 qu’il ne fallait « pas en faire plus ». Et en 2015 ? Elle s’est volatilisée : « On ne peut tout de même pas parler d’une politique d’austérité dans la zone euro ! » s’exclame celle qui gagne 550.000 dollars par an, non imposables. Les Grecs, les Espagnols et les Portugais apprécieront. Elle qui prophétisait en 2007 « Le gros de la crise est derrière nous », à quelques mois du cataclysme des subprimes, n’est certes plus à une erreur d’appréciation près.

Les migrants, « atout pour l’économie européenne » ? C’est ce que croit Christine Lagarde, qui voit en eux « un phénomène porteur de potentialités » et une « chance ». De raboter les salaires et d’entretenir le chômage ? « Bien géré, un afflux de réfugiés peut être une réponse aux problèmes démographiques. » En décrypté, on appelle ça le remplacement de population. Un récent sondage Harris Interactive prétend que, pour 50 % des Français, elle ferait une bonne présidente. « Je ne pense pas refaire de politique en France », répond-elle. Ouf !

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article