Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Un James Bond noir et/ou gay ? À quand Magloire ou Vincent Mc Doom ? (par Nicolas Gauthier)

28 Août 2015, 05:21am

Publié par Thomas Joly

Conséquence d’une mondialisation galopante ? La niaiserie des ligues de vertu antiracistes ne connaît plus de frontières. Ainsi, l’acteur Pierce Brosnan qui, à quatre reprises, endossa le smoking de l’agent 007, assure, dans un entretien accordé au magazine américain Details, qu’il verrait d’un assez bon œil un James Bond noir ou gay.

Il a même son idée sur l’éventuel casting : l’Anglais Idris Elba. Interrogé sur la question, un autre James Bond, Roger Moore, estime qu’un tel personnage ne saurait être incarné que par un « Anglais anglais », avant de se rétracter devant le tollé médiatique qu’on imagine. Il est un fait qu’Idris Elba est Anglais, mais aussi un peu fruit des amours d’un père sierra-léonais et d’une mère ghanéenne ; ce qui n’est pas un crime en soi, mais qui nous éloigne singulièrement des origines helvético-écossaises du plus célèbre agent de Sa Gracieuse Majesté. Bref, tout cela est très con.

Un peu comme si, au nom de la diversité heureuse, on proposait à Steevy Boulay de reprendre le rôle de Shaft, naguère immortalisé par Richard Roundtree dans Les Nuits rouges de Harlem, de Gordon Parks, symbole de la « blaxploitation » des seventies du précédent siècle. Ou à envisager un remake du Blacula de William Crain avec un Justin Bieber endossant la cape vampirique de Mamuwalde, le suceur de sang africain… Ça serait effectivement tout aussi con.

Après, un James Bond qui serait de la jaquette flottante, comme on aurait dit au bon temps d’Audiard ? Voilà qui ne serait pas forcément raccord avec les épisodes précédents. Adieu, James Bond girls ? Bienvenue aux James Bond boys ! Remarquez que, de par sa lignée écossaise, 007 est déjà adepte de la jupe ; pardon, du kilt. Nonobstant, il y a sûrement un concept à creuser : Louboutin à réaction, rouge à lèvres avec missile intégré, plug anal piégé et sac à main plein à ras bord de gadgets de destruction massive (crème de nuit au polonium, gloss façon Gloc1 et pince à épiler transformable en canon à confettis(. Avec un tel arsenal, James Bond ne sera jamais trop aidé et pourra donc exceller à défendre ce Commonwealth, dont Her Majesty The Queer demeure l’emblématique symbole.

Ces choses dites, ce révisionnisme jamesbondesque flaire un peu le lobbying à petit bras. On nous parle de compétitivité et d’économies d’échelle ? Pourquoi ne pas fusionner ? Cette simple idée, en passant : pourquoi pas un 007 présentant un surcroît de mélanine et qui jouerait aux jeux de l’amour tout en inversant les rôles ?

On dit qu’un Magloire ou qu’un Vincent Mc Doom auraient quelques trous dans leur actuel planning. Cela permettrait, effectivement, de faire d’une pierre deux coups. Et aux bondophiles hexagonaux de pouvoir enfin applaudir aux exploits d’un 007 français. Qu’en penserait le défunt Ian Fleming ? C’est une autre histoire.

1. Le pistolet Glock, de fabrication autrichienne, est une des armes favorites des espions et terroristes en tous genres, puisque réputée indétectable aux rayons X.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article