Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

En pleine santé, elle se fait euthanasier parce que « vieillir, ce n’est pas amusant »

4 Août 2015, 10:18am

Publié par Thomas Joly

On y arrive. Une logique infernale se déroule sous nos yeux.

Sous prétexte de pitié pour les malades « en fin de vie », et après avoir mis en place l’immorale euthanasie, la société en vient à à tuer les personnes qui le veulent à un moment donné, ou des personnes qui ne donnent même pas leur accord (cas V. Lambert).

Nous apprenons par exemple qu’ainsi, qu’au Royaume-Uni, une dame âgée de 75 ans a pris la décision de mettre fin à ses jours en recourant à l’euthanasie, dans une clinique de Bâle, en Suisse, où cette pratique est autorisée.

Gill Pharaoh, infirmière à la retraite, a pourtant encore toute sa tête et ne souffre « que de quelques rhumatismes ». C’est une grand-mère coquette, cheveux blancs et robe fleurie. Mais ainsi qu’elle l’explique au Sunday Times, quelques jours avant sa mort : « Je veux mourir en ayant toute ma tête et en étant capable de me débrouiller seule. Je ne veux pas être un poids pour les gens que j’aime autour de moi. »

« Alors Gill a tout pris en main » comme nous le relate Metronews. Elle a préparé elle-même ses propres funérailles et écrit ses adieux. « J’ai mis de l’ordre dans ma vie et, j’espère, réussi à m’effacer aussi discrètement que possible. J’ai soigné des gens vieux toute ma vie, je me suis toujours dit que je ne deviendrais jamais vieille. Vieillir, ce n’est pas amusant« , confie-t-elle encore. »

Lors de sa dernière soirée, elle a dîné avec son mari, qui l’accompagne depuis vingt-cinq ans. La vieille dame est bien consciente que ni son époux ni ses enfants ne souhaitent qu’elle mette fin à ses jours. Mais elle ajoute qu’ils comprennent sa décision, et la soutiennent avec amour. « Ma vie a été bien remplie. Je suis prête à mourir, maintenant », conclut Gill, qui n’est pas la seule à avoir porté son choix jusqu’au bout. Environ 250 Britanniques se sont rendus dans les cliniques suisses pour recourir à une euthanasie, depuis 2003.

En réalité, sous le terme d’« euthanasie », il s’agit bien de suicide et d’homicide.

En fait, ce sont les conséquences (mot plus exact que les « dérives ») des lois concernant l’euthanasie qui se déploient petit à petit, ça et là en Europe. Cela avait bien sûr été prévu par notre camp et ces prédictions avaient été qualifiées d’exagérations et de craintes infondées, comme d’habitude, par les partisans de la culture de mort.

Source : http://www.contre-info.com

Commenter cet article