Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Occident, il est temps de secourir l’Orient chrétien ! (par Aristide Leucate)

26 Juillet 2015, 08:53am

Publié par Thomas Joly

Ils se prénomment Mathieu, Bastien, Martin, Stan, Tim ou Brett, ils sont étudiants, anciens militaires, chômeurs, associatifs ou simples aventuriers improvisés. Originaires d’Europe de l’Est, de France, des États-Unis ou du Canada, ils ont décidé de répondre à l’appel des chrétiens d’Orient en ralliant des groupes de combat comme cette milice chrétienne du nom de Dwekh Nawsha. Certains sont croyants, d’autres athées. Ces derniers s’enrôlent plus aisément dans les rangs des YPG (Yekîneyên Parastina Gel) ou Unités de protection du peuple, de tendance marxiste, militant pour l’autodétermination du Kurdistan syrien.

Si beaucoup seront refoulés lors des tests de recrutement, ces volontaires ne sont pas sans rappeler leurs glorieux prédécesseurs français, étudiants pour la plupart, ayant rejoint en 1975 les Phalanges chrétiennes du Liban, au plus fort de la guerre civile qui étreignait cet îlot chrétien en terre d’islam. À l’époque, les phalangistes de Bachir Gemayel s’opposaient aux Palestiniens, plus nombreux et armés par Moscou et ses satellites communistes. La geste de ces jeunes ne manquait pas de panache. Elle eut son héros, le valeureux Stéphane Zanettacci, fauché par une grenade alors qu’il marchait vers le camp forteresse de Tel al-Zaatar, ce qui lui valut un requiem entonné, en sa mémoire, par toute une génération de militants :

« Honneur à Stéphane Zanettacci
Qui des Tigres rejoignit les faisceaux,
Pour garder libre la Phénicie,
À Beyrouth tué à l’assaut. »

D’autres s’engagèrent en Rhodésie (futur Zimbabwe) ou aux côtés du peuple karen, ethnie chrétienne pourchassée par la junte militaire birmane. Soldats libres, combattants volontaires, ces courageux condottieres épousèrent l’esprit lansquenet en « portant les armes pour le compte de ceux qui ne peuvent pas le faire » (Bob Denard), quelles que furent, d’ailleurs, leurs motivations.

Depuis, les temps ont changé. L’effondrement du bloc de l’Est a ressuscité le monde multipolaire, l’islam (ce communisme avec Dieu) tentant, avec la complicité américaine, de renouer avec une certaine bipolarité géopolitique : mahométans contre Occidentaux mécréants. Alors, devant une Europe tétanisée et impavide, se bornant, pour seule offensive, à des incantations vides et platoniques, une poignée d’indignés (pas ceux du pâle Hessel) s’élève contre ce nouveau Munich de la dhimmitude.

Esprit curieusement chagrin, l’islamologue franco-tunisien Mathieu Guidère (de son vrai nom Moez Kouider) estime, de façon assez extravagante, que « le simple fait qu’ils basculent dans la violence, [est] le signe d’une radicalisation, quelle que soit la justification derrière ». A minima eût-il été mieux inspiré d’évoquer les articles 436-1 et suivants du Code pénal prohibant la participation à une activité mercenaire, encore qu’en l’espèce, l’incrimination resterait à établir. Malraux partit bien rejoindre les Brigades internationales.

Aussi, en paraphrasant un célèbre refrain,
« Occident il est temps
De secourir l’Orient chrétien.
Il t’appelle depuis si longtemps
Et mourra sans ton soutien? »

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article