Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le « vivrensemble » : même les imams n’y croient plus (par Stephan A. Brunel)

5 Juillet 2015, 17:12pm

Publié par Thomas Joly

Le parti du Bien craque de tous côtés. La « gogauche » ne se rassemble plus que pour manifester sa hargne anti-FN et se débande quand il s’agit d’évoquer leurs encombrants amis musulmans, et néanmoins électeurs, dont ils ne savent plus quoi penser.

Non content de se déchirer façon crêpage de chignon entre Caron et Fourest, le roquet internationaliste et la bouledogue progressiste, ou entre Todd et les Charlots du 11 janvier, le mythe du vivre ensemble construit par SOS Racisme et Terra Nova sur l’harmonie supposée entre juifs et musulmans dans les pays arabes a du plomb dans l’aile.

Hors Dray, Cohn-Bendit et Askolovitch, les juifs n’y croyaient plus guère à ce grand amour entre fidèles de la religion du Livre, et voilà pas que la triplette d’imams modérés d’un hypothétique islam de France jette l’éponge aussi. Le vivre ensemble, même entre musulmans, peut aller se rhabiller.

Remarquons d’abord qu’imam modéré est un oxymore. Dans l’islam, les fondamentalistes ont toujours eu gain de cause. On peut apprécier l’intelligence, l’érudition et les manières madrées de nos trois prélats, quoique bien mielleuses pour que l’on ne suspectât quelques arrière-pensées, le fait est que nos modérés ne représentent pas les musulmans de France.

Le 15 juin, le très médiatique imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, se fait traiter de honte de la communauté par le président des étudiants musulmans de France en direct à la télé depuis les salons de Matignon où Valls les a réunis. Beaucoup ne lui ont pas pardonné ses larmes et sa colère au soir du 7 janvier.

Tarek Oubrou, l’imam de Bordeaux, le préféré des politiques, parle de « civilisation arabo-musulmane délabrée », d’« ignorance », de « désordre mental » et de « musulmans déroutés qui ne maîtrisent plus rien » après l’attentat de Yassin Sahli. Mais d’où vient cette ignorance, si ce n’est dans les rites sommaires, les interdits sectaires et les dogmes d’un simplisme affligeant ? L’islam ne serait-il pas propice aux maladies psychotiques et à la schizophrénie, tout comme le puritanisme chrétien l’a été pour les névroses et l’hystérie ?

Le meilleur dans la déploration revient au roué Dalil Boubakeur qui déclare, à la fin de son mandat de président du CFCM, dans cette compétition au plus offrant avec les radicaux de son camp, vouloir « doubler le nombre de mosquées en France et prendre aux catholiques leurs églises », et qui dénonce le communautarisme, une population déboussolée et « les prophéties négatives ». Ces prophéties, les divisions, le sectarisme ont toujours été à l’œuvre dans l’islam. Les martyrs d’aujourd’hui ou ceux d’hier font la même lecture littérale et politique du Coran.

L’islam réveillé emportera nos imams trop accommodants. Les modérés, y compris les Frères musulmans et même Al-Qaïda, sont à l’islam 2.0 du salafisme et de Daech ce que les Girondins furent aux Jacobins, ou les mencheviks aux bolcheviks, ou les SA aux SS : des empêcheurs d’avancer qu’il faut liquider sine die.

Bien des Nuits des longs couteaux sont en préparation. Pour l’instant, les islamistes s’étripent surtout entre eux afin de décider du leadership futur avant de commencer les choses sérieuses avec l’Occident. C’est un autre ex-apôtre du vivre ensemble, Malek Boutih, qui nous annonce une masse d’islamistes radicaux en devenir, la 5e colonne quoi…

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article