Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Selon que vous serez Français ou étranger… (par Aristide Leucate)

4 Juin 2015, 05:10am

Publié par Thomas Joly

Dans un lapidaire communiqué, le ministère de l’Intérieur a décidé, « en application des dispositions de la loi relative à l’entrée et au séjour des étrangers, l’expulsion immédiate de deux ressortissantes [étrangères], mesure accompagnée d’une interdiction d’accéder au territoire national ». Le ministère précise que « les intéressées ont été arrêtées par les services de police de l’aéroport international suite au tournage de séquences obscènes où elles se sont dénudé le torse et embrassées. Elles se réclamaient des Femen, sans que cela ait pu, malgré tout, être confirmé. »

Courageuse décision montrant la ferme volonté de l’État de ne pas se laisser intimider ou insulter par une poignée de harpies pseudo-féministes n’hésitant pas à braver les règles de la bienséance comme les lois relatives à l’attentat à la pudeur, notamment.

On se souviendra que cette décision intervient presque un mois, jour pour jour, après la fête de Jeanne d’Arc du Front national, où des épigones de ces viragos se sont montrées seins nus, le bras tendu après avoir déroulé une banderole nazie, interrompant, sous les huées de la foule, le discours de Marine Le Pen.

Vraiment ? Bernard Cazeneuve a-t-il signé une telle mesure de haute police ? Évidemment non ! Ces faits se sont déroulés… au Maroc, suite à des troubles à l’ordre public aux abords de l’aéroport de Rabat-Salé, au niveau de l’esplanade de la tour Hassan. Crédules que vous êtes…

Notre gouvernement a-national-socialiste accorderait plutôt l’asile politique à de telles énergumènes, comme il le fait volontiers généreusement aux frais du contribuable, à tous les immigrés qui se déversent, dorénavant, par bateaux entiers sur nos côtes, avec la bénédiction de la Commission européenne qui impose que chaque État membre prenne sa part de malheureux.

C’est que nos élites oligarchiques n’ont que faire des frontières et autres espaces de souveraineté, par essence sanctuarisés, la majorité des États dans le monde s’opposant légitimement à tout déferlement migratoire incontrôlé. Ces derniers sont même désignés, d’un doigt réprobateur, à la vindicte des grandes consciences de la morale droit-de-l’hommiste universelle. C’est ainsi que des pays européens, encore ethniquement homogènes (la Pologne, par exemple), se voient contraint d’accueillir leur quota d’allochtones, un refus les exposant au gel des fonds structurels.

Pour nos gouvernants, que nos ressortissants aillent semer la zizanie et, du même coup, exporter leurs vices et turpitudes dans des pays souverains est considéré comme quasi normal. Il est vrai que, nous-mêmes, pratiquons une réciprocité ouverte et acceptons, sans mot dire, les us et coutumes exotiques de populations originaires des antipodes. Qu’un trafiquant de drogue hexagonal soit condamné par une justice étrangère et le Quai d’Orsay se met aussitôt en branle.

Mais qu’un allogène exerce de semblables talents sur notre sol et on lui délivrera, au minimum, un titre de séjour. Si, par un heureux hasard, il devait être condamné, il se trouvera toujours une cour d’appel pour censurer sa détention pour vice de procédure. Et lorsqu’une vieille dame doit attendre des années pour reprendre enfin possession de son bien illégalement occupé par des squatteurs, c’est tout juste si les autorités ne lui en font pas implicitement grief en laissant pleuvoir sur elle quolibets et lazzis des marginaux en colère. Cherchez l’erreur…

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article