Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Migrants : bientôt un centre d’accueil à Paris (par Eloïse Gloria)

13 Juin 2015, 17:51pm

Publié par Thomas Joly

Paris, sa tour Eiffel, son arc de Triomphe, ses Vélib’, et bientôt… son centre d’accueil pour migrants. C’est, en tout cas, le souhait d’Anne Hidalgo, confrontée aux campements de clandestins qui fleurissent depuis un an dans le 18e arrondissement. Évacués une première fois de la porte de la Chapelle début juin, quelque 400 Soudanais, Érythréens ou Somaliens se sont retrouvés dès lors livrés à eux-mêmes dans les rues de la capitale. Plusieurs dizaines ont ensuite été délogés de l’église Saint-Bernard et du parvis de la rue Pajol, où leurs défenseurs ont hurlé aux violences policières. Cris d’orfraie, défilé d’associations et de militants d’extrême gauche, émotion des médias bobos : le gouvernement est pris en étau. Faut-il céder à une poignée de manifestants qui semblent faire la pluie et le beau temps ou écouter enfin les 68 % de Français opposés à l’accueil de ces « réfugiés » ?

Dans la nuit de lundi à mardi, environ 170 d’entre eux se sont entassés dans le jardin associatif du Bois-Dormoy, métamorphosé soudain en bidonville : arbres transformés en portemanteaux, amoncellement de sacs-poubelle et de matelas, absence totale d’hygiène. Au bout de quelques heures, les bénévoles s’avouent « débordés » par une « situation ingérable ». Le jeudi soir, les migrants se rabattent sur une caserne désaffectée du 10e arrondissement, avec le soutien d’une centaine d’« individus irresponsables » qui « instrumentalisent cyniquement la situation dramatique […] à des fins purement politiciennes », dénoncent le maire de Paris et Bernard Cazeneuve. Certains, très violents, n’hésitent pas à affronter les forces de l’ordre. Un policier est « sévèrement blessé à un œil » par une pierre. Une solution de relogement temporaire est finalement trouvée sur des sites de Nanterre et du centre de Paris. Et après ? Va-t-on continuer à déplacer le problème au lieu de le régler ?

« Les migrants ne peuvent pas dormir dehors, ce n’est pas acceptable, ce n’est pas digne », martèle Anne Hidalgo. « La France n’est pas en train de bloquer le droit d’asile, bien au contraire […]. Je pense qu’il faut ouvrir un centre d’accueil. Les migrants qui arrivent ont besoin de se poser quelques jours pour prendre leur décision, accompagnés des associations. » On peut redouter que l’ouverture d’un centre, surtout à Paris, génère des appels d’air et des problèmes de sécurité insolubles. L’urgence est d’empêcher l’arrivée de bateaux de plus en plus nombreux. Pour Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, « il faudrait une politique globale, d’abord à la source, sur les côtes libyennes ». David Rachline, maire de Fréjus, appelle, lui, au rétablissement des frontières et à la renégociation de Schengen.

Cette semaine, pas moins de 1.500 migrants ont été interpellés à Nice. Le cap des 100.000 ayant gagné l’Europe par la Méditerranée depuis janvier a été franchi. Une « augmentation dramatique », reconnaît le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. « Moi, je serais pour le fait qu’on commence à les placer chez Bernard-Henri Lévy, chez François Hollande, chez Juppé, chez Sarkozy, chez tous les gens qui sont allés bombarder comme un seul homme la Libye, l’Afghanistan, le Mali, qui détruisent ces pays, donc qui créent les conditions de l’immigration », commente Michel Onfray. On ne saurait lui donner tort.

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article