Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Impôt à la source : et si on demandait leur avis aux contribuables ? (par Georges Michel)

22 Juin 2015, 05:03am

Publié par Thomas Joly

Faute de pouvoir réenchanter le rêve français ou, plus prosaïquement, de réduire le chômage, François Hollande se replie sur des réformes plus « techniques », comme on dit, en guise de nouvel idéal et de lendemain qui chante. Arlésienne qui a largement dépassé l’âge de faire valoir ses droits à la retraite, puisqu’elle fit sa première apparition sous le règne de Giscard, nous disent les socialistes – comme si c’était un gage de modernité -, l’on nous ressort l’impôt à la source. Une trouvaille, donc, qui devrait révolutionner la vie des Français ! On nous rebat les oreilles depuis plusieurs jours en nous rappelant, du reste, que c’était une promesse du candidat Hollande. Un peu comme si on nous disait « Vous avez signé le contrat, il faut assumer maintenant » et que cette promesse nous obligeait.

Mais, au fait, qu’était vraiment cette promesse ? Revenons justement à la source de ce texte quasi messianique : les 60 engagements du candidat Hollande, ou un véritable inventaire à la pervers ! Au chapitre « Je veux engager une grande réforme fiscale », paragraphe 14, on lit : « La contribution de chacun sera rendue plus équitable par une grande réforme permettant la fusion, à terme, de l’impôt sur le revenu et de la CSG dans le cadre d’un prélèvement simplifié sur le revenu (PSR). Une part de cet impôt sera affectée aux organismes de Sécurité sociale. » Comme disait Pilate, quod scripsi, scripsi ! L’idée était, selon les socialistes – en fait la boîte à fausses bonnes idées Terra Nova – de rendre plus équitables les prélèvements et ce, par la fusion avec la CSG, c’est-à-dire, en clair dans le texte, d’alourdir le poids de l’impôt pour les classes moyennes, ces salauds de pas riches.

Or, actuellement, le gouvernement nous assure que la réforme du prélèvement à la source ne vise pas à mettre en place cette fusion et qu’il ne s’agit que de faciliter la vie des Français. Soit il ment, ce qui est largement dans ses cordes, soit il trahit les promesses du candidat Hollande. Évidemment, je penche pour la première hypothèse : en cas de victoire en 2017, les socialistes termineront la paupérisation des classes moyennes avec le deuxième étage de la fusée.

Cette réforme est aujourd’hui défendue avec un argument de masse : elle est « attendue » par les Français, a affirmé Manuel Valls il y a deux semaines au congrès de Berlin, pardon, de Poitiers. Alors, si Manuel Valls l’a dit… Manuel Valls a dit, Manuel Valls va faire, pour paraphraser un slogan d’une autre époque. Et en plus, un sondage d’Odoxa paru dans Le Parisien arrive à point nommé, comme Blücher à Waterloo. 64 % des Français sont pour : que du bonheur !

Mais on sait bien que l’on fait dire tout ce que l’on veut aux chiffres, sauf lorsqu’il s’agit de passer à la caisse. Or, qui passe à la caisse en matière d’impôt sur le revenu ? Moins de 50% des Français ! Je serais donc curieux de savoir quel serait le résultat de ce sondage si on le réalisait auprès des contribuables.

Des contribuables qu’on pourrait rebaptiser contributeurs, mot plus approprié, me semble-t-il…

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article