Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Rokhaya Diallo déplore la visibilité des couleurs de peau (par Caroline Artus)

15 Mai 2015, 17:48pm

Publié par Thomas Joly

Selon Rokhaya Diallo, née en France de parents sénégalais et gambien, et devenue journaliste par militantisme, « dans l’inconscient collectif français, les gens qui ne sont pas blancs viennent d’un autre pays ». Et de donner l’exemple des « personnes noires, arabes ou asiatiques » qui « déplorent le fait qu’elles sont toujours questionnées sur une provenance, elles sont perçues comme des gens qui viendraient d’ailleurs et qui ne seraient pas possiblement français ».

Par exemple ! S’enquérir des origines d’évidence extra-hexagonales de personnes vivant dans une France encore majoritairement blanche, quel manque de savoir-vivre, hein ! Surtout, alors qu’on nous vante le multiculturalisme et qu’on nous répète à tout bout de champ l’enrichissement par les différences, est-ce bien normal pour une madame Diallo de se vexer si nous avons l’audace de les remarquer chez elle ? En somme, si nous la rencontrons, nous sommes donc priés de ne pas remarquer sa couleur. Exit, donc, la curiosité à son endroit, l’ouverture d’esprit face à une culture venue d’ailleurs, et… bonjour le repli sur soi !

Poursuivons le raisonnement de Mme Diallo : dans l’inconscient collectif africain, les gens qui ne sont pas noirs viendraient d’un autre pays. Incroyable, non ? Idem pour l’inconscient collectif chinois : les gens n’ayant pas les yeux bridés ne seraient pas chinois. Renversant !

Un conseil pour la militante féministe : elle devrait séjourner à La Réunion, elle en prendrait (peut-être) de la graine. Ici, c’est très consciemment que les Réunionnais ne se trompent jamais en voyant un Zoreil. À qui il ne viendrait pas à l’esprit de s’offusquer de ne pas être assimilé à un créole, même blanc. À La Réunion, il s’avère même très impoli de ne pas se montrer curieux à l’égard de son prochain.

En outre, Rokhaya Diallo devrait pourtant être fière de l’histoire du pays où elle est née. La fin de l’esclavage ? C’est grâce à l’abolitionniste français Victor Schoelcher qu’elle a vu le jour. Ce Français qui, à sa mort, donnera tout ce qu’il possédait au conseil général de la Guadeloupe. Un musée Schoelcher qui doit dorénavant faire pâle figure à côté du Mémorial ACTe à 83 millions d’euros.

Mais la Française n’en est pas à une sornette près. En effet, après avoir déploré la visibilité des couleurs, elle déplore de vivre dans une « mythologie républicaine selon laquelle il n’y aurait pas de couleur, l’universalisme républicain [qui] donnerait des citoyens français au-delà de leur couleur de peau ». Même que, pour la dame, « être aveugle aux couleurs de peau, ça rend aveugle aux conséquences, à savoir au racisme et aux discriminations […] » Il faudrait savoir ! La remarquer ou ne pas la remarquer, la couleur de peau (et peut-être aussi un accent), témoin des origines ? Ou la remarquer tout en ne la remarquant pas ? C’est ça, le truc ? Bienvenue dans le « vivre ensemble » !

« Je trouve qu’il y a une parfaite cohérence dans mes engagements », confie-t-elle à Paris Match. De cohérence, il en ressort une : les sentiments parfaitement ambivalents de la Française d’origine africaine madame Diallo à l’égard de sa couleur de peau autant que ceux à l’égard de ses compatriotes d’origine française. « Je crois que l’assimilation est un mythe », conclut-elle. La concernant, pour nous aussi.

Source : www.bvoltaire.fr

Commenter cet article