Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Maryvonne a gagné ? Pas si vite… (par Richard Hanlet)

30 Mai 2015, 08:18am

Publié par Thomas Joly

Les médias du Système nous ont annoncé à grands sons de trompe que la brave Maryvonne de Rennes allait pouvoir retrouver son logement, actuellement squatté par une bande d’énergumènes. La justice ayant tranché en sa faveur, tout serait donc résolu : circulez, braves gens, il n’y a plus rien à voir.

En fait, c’est seulement la première haie d’une longue course qui vient d’être franchie, et c’est maintenant que la vieille dame va s’attaquer aux vrais problèmes. Elle découvrira au bas de son jugement une formule rituelle priant les autorités de lui prêter assistance pour l’exécution de ce jugement. En pratique, Maryvonne va devoir se tourner vers un huissier.

Celui-ci, conscient que ses commandements ont peu de chances d’impressionner les punks à chien, va requérir l’aide de la force publique en la personne du commissaire de police. Ce dernier, peu pressé de se retrouver à la tête de ses hommes devant les caméras de Canal+ (avec John-Paul Lepers au micro), va se couvrir en demandant l’autorisation du préfet.

Le représentant du gouvernement se déclarera tout prêt à accorder l’assistance de la force publique, mais seulement quand conformément à la loi « on aura trouvé une solution de relogement pour les squatters ». Comme on sera déjà fin juin, le service préfectoral chargé de cette mission quasi impossible tournera à effectif réduit. Donc, dans le meilleur des cas, le dossier sera rouvert dans la première décade de septembre.

Là, grâce à l’aide des avocats d’associations financées par vous et moi, il s’agira pour les squatters de faire durer le jeu jusqu’au 1er novembre, date d’interdiction des expulsions jusqu’au 31 mars.

Il leur suffira d’héberger un enfant ou une grand-mère cardiaque et ce sera le jackpot, puisqu’il serait impensable pour le préfet de traumatiser une mamy en verre filé, ou un enfant tout juste scolarisé par un changement d’école… Au pire, ils peuvent faire camper devant chez eux quelques potes zadistes de Sivens ou Notre-Dame-des-Landes, et ce sera reparti pour des semaines !

Alors courage, Maryvonne, et n’oublie pas de payer tes impôts : tu te rends compte du nombre de fonctionnaires qui s’occupent de ton cas ?

Source : http://www.bvoltaire.fr

Commenter cet article