Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le mariage frauduleux, l’arme de naturalisation massive (par Gabrielle Cluzel)

14 Mai 2015, 10:37am

Publié par Thomas Joly

« Des élus en croisade contre les mariages frauduleux », titrait mardi Le Figaro, pour évoquer les quelques maires s’efforçant de détecter les mariages blancs, et les 58 députés UMP à l’origine d’une proposition de loi visant à lutter contre ce qui devient une arme de naturalisation massive.

Euh… où donc Le Figaro a-t-il vu des croisés ? Il n’y a que des élus qui tentent humblement de faire leur boulot. Rien que leur boulot. Un boulot qui devient parfois, il est vrai, plus éprouvant que se rendre à pied à Jérusalem, tant on se heurte, en France, à des murailles de mauvaise foi. Que ne se contentent-ils pas, ces maires masochistes, de signer gentiment tous les soirs leurs parapheurs et de choisir l’improbable chef-d’œuvre d’art contemporain que l’on posera sur le prochain rond-point, puisque c’est là tout ce qu’on leur demande ? On l’a vu avec « l’affaire Ménard », on le voit avec ceux qui tentent de s’opposer aux mariages frauduleux.

« 50 % des acquisitions de la citoyenneté française se font par [le biais du mariage]. Au total, la naturalisation a concerné plus de 70.000 personnes en 2014, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. » Pullulent donc, pour faciliter l’escroquerie, des filières très organisées, comme pour les passeurs, fournissant des complices rémunérés. À Paris, un mariage blanc coûte 15.000 €, d’où l’agressivité du futur marié quand l’officier, après audition de l’intéressé – qui ne sait rien de la vie de sa supposée dulcinée, ou est arrivé récemment d’un pays où celle-ci n’a jamais mis les pieds -, émet des réserves… Jean-Manuel Hue, adjoint au maire du XVe arrondissement, a ainsi été récemment molesté. Et s’est attiré la vindicte tenace d’associations de migrants. Un masochiste, on vous dit.

« Auditionner les couples nécessite du temps et de la paperasse, explique-t-il, mais, surtout, la plupart des élus ne veulent pas le faire pour des raisons idéologiques. » La loi prévoit bien de sanctionner les officiers de l’état civil manquant à leur mission d’audition, mais « entre 3 et 30 euros l’audition manquée, ce n’est pas dissuasif » !

Dans la proposition de loi des 58 députés, ce montant passerait à 1.000 euros. Et obligerait l’officier – aujourd’hui, c’est une simple option – à informer le procureur de la République qui déciderait si la célébration doit avoir lieu. Toutes suggestions courageuses mais, hélas, vouées à l’échec… Si ces élus partent « en croisade », c’est en caleçon et avec une passoire sur la tête : comment pourrait-il en être autrement quand toute la gauche réunie, celle qui tient au creux de sa main le gouvernement, encourage résolument le mariage pour tous, vraiment pour tous, y compris les fraudeurs ? Quand il n’y a presque jamais de poursuites pénales ? Quand, selon les mots de l’ancien maire socialiste de Toulouse Pierre Cohen, elle considère que tout cela, c’est « faire la chasse aux sans-papiers pour faire plaisir à un certain électorat de la droite dure » ?

La « chasse » aux sans-papiers, la droite « dure ». C’est la reductio ad mechantum. Quand les socialistes, eux, ne sont qu’amour, caresses et bisous. Un amour mortifère grâce auquel prolifèrent les filières véreuses rackettant toujours plus de candidats, le fonds de commerce étant inépuisable. Un amour assassin qui crucifie, on en parle moins, les victimes de mariage gris, les amoureux transis dont on a exploité les sentiments. Majoritairement des femmes, mais quelles féministes s’en soucient ?

Source : www.bvoltaire.fr

Commenter cet article