Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Dans Plus belle la vie, le djihad est un combat intérieur (par Caroline Artus)

20 Avril 2015, 05:10am

Publié par Thomas Joly

Stupeur et tremblements ! Plus belle la vie fait la promotion du djihad. Dans l’épisode 27 de la saison 11, « Tu as travaillé, ça a marché, tu as gagné ton premier djihad », dit une lycéenne à son camarade. « Mais je ne suis pas un terroriste qui tue des gens qui n’ont rien fait. » Il n’avait rien compris ! Le djihad, c’est un « combat intérieur, c’est écrit dans le Coran ».

Mise en avant de l’homosexualité, du multiculturalisme et du métissage, propension certaine à voir en l’homme blanc un raciste indécrottable, la série nous avait (presque) habitués. Mais en faisant du prosélytisme religieux – musulman et djihadiste mensonger – avec ce feuilleton regardé chaque soir par six millions de spectateurs, dont les âges doivent s’échelonner de 8 à…, la chaîne vole là les consciences de nos enfants, et par la diffusion de la série, assoit son outil de propagande musulmane.

Dans Plus belle la vie, tous les ingrédients sont réunis pour séduire des garçons au cerveau en friche et au corps en fusion : les filles y sont belles, elles respirent sagesse et douceur, et certaines portent même le hidjab. Les garçons ont l’air un peu benêts ou sont fainéants. Mais, eurêka, le Coran va les sauver !

Dans un pays laïc, Plus belle la vie aurait à peine le temps de faire scandale qu’elle serait aussitôt définitivement supprimée. Dans notre pays gouverné par des socialistes, cette série prouve sans autre forme de procès que la République assume sa volonté de balayer 2.000 ans de christianisme.

Stupeur et tremblements ! Plus belle la vie fait la promotion du djihad. Dans l’épisode 27 de la saison 11, « Tu as travaillé, ça a marché, tu as gagné ton premier djihad », dit une lycéenne à son camarade. « Mais je ne suis pas un terroriste qui tue des gens qui n’ont rien fait. » Il n’avait rien compris ! Le djihad, c’est un « combat intérieur, c’est écrit dans le Coran ».

Mise en avant de l’homosexualité, du multiculturalisme et du métissage, propension certaine à voir en l’homme blanc un raciste indécrottable, la série nous avait (presque) habitués. Mais en faisant du prosélytisme religieux – musulman et djihadiste mensonger – avec ce feuilleton regardé chaque soir par six millions de spectateurs, dont les âges doivent s’échelonner de 8 à…, la chaîne vole là les consciences de nos enfants, et par la diffusion de la série, assoit son outil de propagande musulmane.

Dans Plus belle la vie, tous les ingrédients sont réunis pour séduire des garçons au cerveau en friche et au corps en fusion : les filles y sont belles, elles respirent sagesse et douceur, et certaines portent même le hidjab. Les garçons ont l’air un peu benêts ou sont fainéants. Mais, eurêka, le Coran va les sauver !

Dans un pays laïc, Plus belle la vie aurait à peine le temps de faire scandale qu’elle serait aussitôt définitivement supprimée. Dans notre pays gouverné par des socialistes, cette série prouve sans autre forme de procès que la République assume sa volonté de balayer 2.000 ans de christianisme.

Totalitaire, la République le devient. Parce que plus encore que supplanter l’éducation qu’entendent donner les parents à leurs enfants, elle se substitue au modèle et aux valeurs traditionnelles françaises. En un mot, plus de libertés individuelles ou familiales en République socialiste. Vincent Peillon voulait « arracher l’élève à tous les déterminismes » ? C’est pour mieux lui en inculquer d’autres. La République socialiste n’est plus la République française.

Mais comment accélérer le processus de lavage de cerveau ? En laissant, aussi, certaines personnes débiter des sornettes.

Par exemple, Thomas Guénolé – l’histrion qui veut déchristianiser les jours fériés – n’a aucune honte, à partir du rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de l’homme – autrement dit une simple enquête d’opinion – publiée le 9 avril, à décréter le racisme, un constat scientifique.

Force est de constater que plus aucun interstice dans la société n’échappe à la propagande. Témoins, également, les grands panneaux publicitaires, à Lille, vantant la marque saoudienne Daffah pour le qami, avec le slogan « Élégance. Pudeur. Fierté. » Le mannequin ? Un modèle d’enfer pour viriliser le p’tit gars de Plus belle la vie.

D’ailleurs, la fille convertie lui promet : « Tu vas gagner si c’est toi qui décides et avec l’aide d’Allah. » Sur FR3, chaîne de service public.

Source

Commenter cet article