Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Les mosquées françaises prises d’assaut par les salafistes (par Nicolas Gauthier)

21 Février 2015, 09:38am

Publié par Thomas Joly

Pourquoi faut-il toujours que les pompiers de la première heure passent pour des incendiaires ? L’auteur de ces lignes, fort de près de trente années de presse dissidente et alternative, n’a eu de cesse de tenter d’alerter l’opinion sur les dangers de l’immigration de masse. Avec tout ce que cela pouvait causer de périls à venir, qu’ils soient d’ordre culturel ou religieux ; voire même, aujourd’hui, d’ordre civil.

Aujourd’hui, d’autres médias dominants finissent par en convenir : Libération admet que cette immigration de masse n’est pas forcément « une chance pour la France », effet Charlie oblige. Et même Le Figaro  se prend à de ces audaces, s’alertant de la poussée du « radicalisme » dans les mosquées de France…

Combien de musulmans, en France ? On vous épargnera le comptage. Six millions ? Un peu moins ? Beaucoup plus ? Délicat à définir, entre musulmans pieux, culturels, ou tout simplement revendicatifs d’un point de vue sociétal. Un sacré paquet, en tout cas.

Bien sûr, on peut toujours la régler par des invectives. Ambiance : « Ouste, tout ce joli petit monde dehors ! » « L’islam ? Rien à faire chez nous… » Voilà qui est parfait pour faire frémir le public, de droite depuis longtemps ; de gauche de plus fraîche date. Ce fameux « radicalisme », donc, dont Le Figaro s’alarme un peu tardivement à juste titre. Mais tout en y mettant les nuances qu’il faut. Résumons.

Les salafistes commencent à prendre petit à petit le contrôle de nos mosquées. En douceur, à la façon du voleur chinois. Avec des méthodes trotskistes, aussi, à base d’assemblées générales, contrôlées de l’intérieur, par quelques éléments déterminés : soit 81 lieux de culte déjà acquis à la cause salafiste et plus d’une quarantaine qui seraient taraudés par cet entrisme d’un genre pas tout à fait nouveau. Bon, sur plus de deux mille lieux de culte musulmans, il faut tout de même relativiser.

En ces temps charliesques, voilà qui pose question. À ce détail près que Le Figaro décrit assez bien ce qu’est ce salafisme hexagonal. Peu de chose à voir avec les frères Kouachi ou son cousin Coulibaly, débiles profonds ayant appris l’islam en trois jours sur Internet et donnant un vernis religieux à des pulsions violentes et des casiers judiciaires aussi longs que le bras. Déjà souvent interrogé en ces colonnes, Xavier Raufer, meilleur criminologue de France et qui n’a rien d’un gauchiste islamophile, le confirmait déjà. À 98 %, les salafistes sont des musulmans plutôt paisibles. Et les dingues ayant récemment eu l’honneur des gazettes viennent plutôt de cet islam 2.0 plus haut évoqué, entre selfies, désir d’immédiate célébrité. Bref, Mohammed Merah, ce n’est jamais que la face sombre d’une Nabilla… Une sorte d’islam de marché, d’islam mondialisé.

Piétistes, les salafistes estiment que le monde qui les entoure est impie. Il faut s’en détourner et le côtoyer le moins possible. Surtout, ne pas voter, la démocratie étant par essence diabolique. Certains catholiques de tradition ne raisonnent pas autrement ; sauf que ces derniers sont tout de même un peu plus assimilés que d’autres, pour d’évidentes raisons ethniques et culturelles…

Maintenant, comment a-t-on pu en arriver à un tel désastre ? Du temps de ses colonies, mandats et protectorats, la France fut jadis la première puissance musulmane au monde. L’orientalisme fut à l’origine concept éminemment français. Napoléon III caressait l’espoir d’un royaume français d’Orient. L’Algérie française fut l’un des derniers soubresauts d’un destin qui aurait pu devenir commun. Finalement, quoi de plus logique, en une France qui ne croit plus en elle, que chacun tire la couverture de son côté ?

Source

Commenter cet article