Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

François Hollande veut créer la « réserve citoyenne ». Sur quels critères ? (par Marie Delarue)

4 Février 2015, 06:26am

Publié par Thomas Joly

Demain jeudi, François Hollande tiendra la cinquième conférence de presse de son mandat. Il devrait, nous dit-on, faire une annonce fracassante : celle de la création d’une « réserve citoyenne ».

Chaque jour depuis le 11 janvier dernier étant porteur d’une idée « époustouflifiante », celle-là vient juste après l’hypothétique retour du service militaire, puis l’obligation d’un service civique sans les fonds ni les structures pour les mettre en place. La semaine passée, François Hollande envisageait pourtant de poser la question aux Français par référendum, mais ses fidèles conseillers le lui ont déconseillé : les Français, dit-on, ne répondent jamais à la question qu’on leur pose. Le oui ou le non ne sont que des versions modernes du pouce levé ou baissé. Trop risqué.

La « réserve citoyenne », donc. Une idée piochée chez nos amis militaires et reprise par Najat Vallaud-Belkacem, qui a annoncé : « Cette réserve peut être un cadre approprié pour développer le mécénat de compétences. J’invite les professionnels du monde de l’entreprise à se manifester. » Mais encore ? « La réserve citoyenne sera constituée dès ce printemps dans chaque académie, sous l’autorité des recteurs. Seront sollicités (sic) pour y participer les personnes désireuses d’apporter leur concours aux missions de l’école, les bénévoles d’associations partenaires au plan local et les délégués départementaux de l’Éducation nationale, des grands témoins, de simples citoyens, des retraités. Des journalistes, avocats ou des acteurs culturels pourront également en faire partie. »

Une aubaine : des compétences pour par un rond puisqu’il s’agirait de « bénévolat stricto sensu », alors que le service civil, lui, repose sur une indemnisation des intéressés. Et puis, dans le cas du service civil, c’est le jeune qui va vers la société alors que, là, c’est la société qui va vers le jeune. Malin !

Bref, une idée louable qui consisterait, si l’on comprend bien, à faire entrer du civil, du civique, du civisme et de la compétence dans l’enceinte scolaire si ce n’est dans l’Éducation nationale. Idée louable, redisons-le, bien qu’elle donne pour l’instant l’image d’un invraisemblable fourre-tout où le gouvernement se dépêche d’entasser tout ce qu’il trouve, tant la réalité scolaire qui vient de lui éclater à la gueule le plonge dans la panique.

Donc, après avoir chassé de l’école pendant des décennies l’autorité, la sélection, la récompense, l’encouragement du mérite ; après avoir délaissé l’apprentissage du français au profit de celui des cultures d’origine, cassé l’enseignement de l’histoire par la chronologie, remplacé celui des arts par le bazar ; après avoir sabordé l’enseignement professionnel « pourvoyeur de bras pour le patronat », dénigré l’entreprise, voué aux gémonies l’économie mère de tous les maux, voilà qu’on demande à une armée de « réserve citoyenne » de venir, d’un coup de baguette magique, réparer les dégâts !

Europe 1, qui semble dans la confidence, l’assure : « Le président de la République veut que tout citoyen puisse devenir réserviste : de l’Éducation, de la politique de la Ville, du ministère de la Santé, des Personnes âgées ou même du ministère du Handicap. Un réserviste de l’Éducation nationale, par exemple, aura l’obligation, une journée par trimestre, d’aller dispenser des cours. »

On a envie de lui dire « chiche ! », au Président. Mais on attend de voir. Par exemple si toutes les bonnes volontés seront réellement acceptées ou bien si l’on fera le tri, et sur quels critères. Et puis, comme ça, en passant, qu’en disent les syndicats d’enseignants ? Que répondent-ils, par exemple, au chef de l’État qui « ne veut plus entendre parler d’élèves qui ne savent ni lire ni écrire » et veut « donner pour mission aux encadrants de crèche de faire des exercices de vocabulaire avec les enfants » ?

Vous pensez que ça va passer tout seul ? Moi non plus.

Source

Commenter cet article