Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Face au radicalisme musulman, virilisons la France ! (par Henri Mattéi)

12 Février 2015, 07:09am

Publié par Thomas Joly

À longueur de reportages ou d’émissions, on s’interroge. Qu’est-ce qui pousse de jeunes Français, immigrés ou de souche, à se convertir à l’islam radical et à partir combattre en Syrie et en Irak ? Ségrégation, décrochage scolaire, apartheid, laxisme, tout y passe pour expliquer le phénomène. Pourtant, la solution est beaucoup plus simple. La seule raison est la mort de la virilité française.

Depuis 50 ans, la France, convertie de force au politiquement correct, se féminise de plus en plus. Tolérance, droits de l’homme, ouverture, charité, pacifisme, diversité, indulgence, indignation de Charlie. Petit à petit, même les plus rétifs ont été contaminés. La violence nous fait horreur, nous baissons les yeux par peur d’une éventuelle bagarre, nous condamnons les grèves qui dégénèrent, le macho nous fait honte, le hooligan aussi.

Dans le même temps, les notions de religion, de patrie, d’honneur, de noblesse, de courage, de sens collectif, de guerre, même de rapport de force ont disparu de notre vocabulaire. L’idéaliste est un enfant, le militant un suspect, le religieux un veau. Nous sommes tous devenus des « fiottes ».

La conversion forcée au « fiottisme » s’est faite doucement, progressivement, sans douleur. Par la culture, le cinéma, la presse… tout le monde nous a expliqué pourquoi le viril devait disparaître. Nous sommes passé de Lino Ventura à Justin Bieber, de Marcel Cerdan à David Beckham, de Belmondo à Robert Pattinson. L’androgénie, les jeans slim et les T-shirts moulants ont remplacé l’idéal marxiste du prolétaire sûr de sa force ou celui, aristocrate, de l’officier parachutiste noble et courageux. Seul reste l’Homo festivus cher à Philippe Muray, sans valeur et sans destin.

Dans le même temps s’installaient en France des immigrés d’Afrique du Nord issus d’une culture forte, religieuse, communautaire, patriarcale et virile. Relégués dans les périphéries, ils n’ont pas été « intégré » à cette spirale infernale qui émascule les Français de souche. Pour eux, la société européenne est décadente. Elle ressemble à un marigot putride et vulgaire fait de blasphème, de pornographie, de féminisme de caniveau et de nihilisme blasé. Toute transcendance, tout esprit de nation ayant disparu ils ont sciemment refusé de « participer » à ce délire, d’être en contact avec cette étrange maladie. Les plus téméraires se contentent juste de racketter ces « petits babtous fragiles » qui n’osent plus se défendre à mains nues. Notre manque de virilité nous a empêchés d’apporter une réponse forte et définitive à ces vagues d’immigration. Forts, nous n’aurions jamais cédé sur les valeurs de la France. Mais quelles valeurs, puisque nous n’en avons plus ?

Forcément quand ces jeunes paumés de banlieue, mêlés avec quelques idéalistes français tout aussi paumés, à la recherche d’une cause forte, ont croisé la route de l’islam radical, ce fut le coup de foudre. Enfin un projet politique et religieux fort, capable de réenchanter le réel. Chaque nouvelle exaction était le signe de la vie. Ils comprennent la joie des soudards dans les pays dévastés. Ils redécouvrent avec plaisir la guerre, la violence, la puissance d’avoir un fusil d’assaut chargé dans les mains et le lot de testostérone et d’exaltation qui l’accompagne. À une époque, un jeune idéaliste rêvant de mort glorieuse et d’héroïsme s’engageait dans la Légion et allait mourir pour une certaine idée de la France dans les rizières. Maintenant, son idée de la France est si triste qu’il préfère mourir pour l’islam dans le désert.

Nous sommes les seuls responsables de cette légion de Français folle furieuse qui se bat en Syrie et qui nous fait si peur. Nous, et uniquement nous, avec nos yeux baissés et notre fiottisme culturel. François Hollande voulait réenchanter le rêve français. Sauf que tant que le rêve français sera Yann Barthès en lieu et place du général Bigeard, le djihadisme prospérera.

Source

Commenter cet article