Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Quand les écolos créent les maladies qu’ils prétendent combattre (par Bruno Paulet)

30 Janvier 2015, 06:25am

Publié par Thomas Joly

« Ça vous chatouille ou ça vous grattouille ? » demande Louis Jouvet à un patient qui s’ignore, dans Knock ou le triomphe de la médecine de Jules Romains.  Face à un canton dont la bonne santé contrarie ses ambitions professionnelles, le docteur Knock use de toutes les ficelles de la manipulation pour rendre malade jusqu’au médecin dont il reprend la patientèle.

Ainsi agit EELV (Europe Écologie les Verts), par l’intermédiaire de sa députée Laurence Abeille, qui a déposé un projet de loi « relative à la sobriété, à la transparence et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques », soumis au vote de l’assemblée ce 29 janvier.

Passons sur le contenu qui propose un catalogue somme toute usuel de mesures « CCC » (coûteuses, contraignantes et contre-productives) : création d’un cadastre électro-magnétique, création d’un rapport périodique sur le sujet, interdiction du WiFi dans les crèches (il eût été préférable d’y interdire la télévision, qui n’y est pas moins  électromagnétique) et, cerise sur le gâteau sur laquelle toute ironie serait mal-venue : « interdiction de toute publicité visant à promouvoir l’utilisation et la vente d’un téléphone portable aux enfants de moins de quatorze ans ».

À ce stade, il est utile de rappeler que d’innombrables études ont été menées, en France et ailleurs, qui ont toutes conclu à l’innocuité des ondes de diverses fréquences dans lesquelles nous baignons, aux niveaux d’intensité auxquels nous sommes exposés.  Peut-être devrait-on recommander à nos écolos d’éviter de s’exposer à la lumière du jour, qui comme ils l’ignorent sans doute, est irrémédiablement de nature électromagnétique !

Plus sérieusement, l’économiste de la santé et ex directeur général des hôpitaux Jean de Kervasdoué (dans La peur est au-dessus de nos moyens – 2011) détaille comment l’Afsset (Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail), pour plaire à ses commanditaires, en vient à contredire les conclusions du rapport sur les ondes électromagnétiques qu’elle avait elle même requis auprès des trois Académies de médecine, des sciences et des technologies, provoquant la colère des auteurs qui lui reprochent d’avoir ainsi : « trompé délibérément le public et bafoué l’expertise scientifique ».

Même la revue Que Choisir ?, peu suspecte de connivence avec les industriels, se montre très claire sur le sujet dans son numéro de janvier 2015 : « Alors que les études scientifiques rassurantes s’accumulent à propos de l’innocuité des ondes de téléphonie mobile et du Wi-Fi, des associations tiennent un discours alarmiste, au risque d’amener les pouvoirs publics à adopter des mesures de protection aussi coûteuses qu’inutiles. »

Et de citer ces « lanceurs d’alerte » qui profitent des peurs qu’ils attisent pour vendre très cher des missions de mesure des ondes.  Si vous avez pensé « conflit d’intérêts », vous devez avoir l’esprit mal disposé.

Ce double jeu pratiqué par ceux qui se prétendent plus écologistes que la population au motif qu’ils en tirent une rente est désolant politiquement, mais moralement insupportable.  Car, et quelle qu’en soit la raison, un patient qui souffre – physiquement ou psychiquement – mérite notre sympathie ainsi que l’attention du corps médical.  Pour un Argan (le malade imaginaire de Molière), combien de réels angoissés qui ne pourront trouver réconfort que dans la consultation médicale et la consommation d’antidépresseurs, voire dans la visite de charlatans.

On aimerait que cette lancinante plainte bourdonne aux oreilles électro-sensibles de la députée Laurence Abeille.

Et vous, le WiFi, ça vous chatouille ou ça vous grattouille ?

Source

Commenter cet article