Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Médiateur gauchiste, journalistes complices, juges et politiciens coupables : comment le système a aidé Chérif Kouachi

8 Janvier 2015, 06:47am

Publié par Thomas Joly

Chérif Kouachi, 34 ans, est le principal suspect de l’attaque contre Charlie hebdo avec son frère, Saïd Kouachi, 32 ans. Ils auraient été aidés par Hamyd Mourad, un islamiste de 18 ans qui s’est rendu hier soir à la police.

Chérif Kouachi et son frère ne sont pas des inconnus. Le premier a été condamné en 2008 à 36 mois de prison, dont 18 ferme. Une peine d’une incroyable légèreté pour une affaire d’association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. Il avait été reconnu coupable d’avoir participé à une filière islamiste aidant au recrutement et à l’envoi de tueurs en Irak.

Ces deux occupants de Paris s’étaient islamisés au vu et au su de tous, à commencer par les autorités. Ils fréquentaient alors une mosquée de la rue Stalingrad, dans le XIXe arrondissement de Paris, l’un des quartiers les plus envahis de la capitale. Ils avaient alors intégré la cellule et s’étaient mis aux ordres de Farid Benyettou – qui n’avait écopé, lui, que de six ans de prison. Connu comme un salafiste appelant au meurtre, ce dernier avait pu durant des années multiplier les provocations – comme organiser régulièrement des prières de rue au début des années 2000, pendant que Nicolas Sarkozy était ministre de l’Intérieur – et pu mettre en place la cellule terroriste.

Le démantèlement de la cellule avait permis à Chérif Kouachi d’échapper au départ : il avait déjà acheté son billet pour la Syrie, d’où il devait rejoindre les groupes de terroristes en Irak. Après sa libération, il serait parti avec son frère dans les rangs des égorgeurs du Front al-Nosra, lié à al-Qaïda, où il a pu patiemment s’entraîner et se préparer à venir commettre des crimes en France.

Une vidéo, publiée à l’époque par France 3, montre la complicité de la totalité de l’establishment républicain, depuis un pseudo « animateur social » croyant au repentir de l’islamiste, en passant par son avocat, Me Vincent Ollivier, mentant éhontément devant les caméras :

« Mon client a été manipulé. Plus l’échéance de son départ approchait, plus il avait peur. Il ne savait plus comment sortir de cette situation. Il fume, il boit. Ce qui l’intéresse, c’est le foot. C’est une cible idéale [sic] pour les prêcheurs islamistes » affirmait-il. Les journalistes n’ont pas été moins complices, comme ceux de France 3 dans la vidéo ci-dessus, ou encore Patricia Tourancheau, qui écrivait en 2005, à propos du « fragile Kouachi » : « Me Ollivier retouche la carrure du tandem Bouchnak-Kouachi : « Le ministère public essaie de les relier à Ben Laden et Zarqaoui. Mais ce ne sont que deux jeunes de 22 ans qui ont pris un billet pour la Syrie, avec un retour. D’ailleurs, Chérif Kouachi ne cesse de remercier la justice de l’avoir mis en prison. Depuis, une boule a disparu de son ventre. » »

« La tentation du Jihad a bien failli le transformer en chair à canon. Le livreur de pizzas ne veut pas mourir à 22 ans » concluait la très inspirée journaliste du journal d’extrême gauche.

Les juges sont tout autant coupables, eux qui lui infligèrent une peine dérisoire, tout comme les politiciens n’ayant jamais pris la mesure des problèmes causés par l’invasion et l’ayant promue, imposée, contre la volonté du peuple français.

Source

Commenter cet article

Pieds Noirs 9A 09/01/2015 11:42

Ils peuvent chercher leurs lascars partout ,d'après nos calculs ..Ils sont surement en Belgique ,qu'ils se reposent depuis longtemps !!!

Sylvestre Brunaud Ancien de Bureau FN 08/01/2015 21:16

A Alger ,les Algériens font la fête ..
Alors que le monde entier a affiché sa solidarité avec les Français suite à l’attaque sanglante qui a ciblé, hier, le siège du journal satirique Charlie Hebdo, des Algérois, des islamistes en particulier, ont exprimé leur joie.
08/01/2015 - 14:35 mis a jour le 08/01/2015 - 20:06 par Saïd F.
Cela s’est passé hier soir, devant une mosquée de quartier Belouizidad, à Alger. Des cris de joie, « Oulah Oakabr », « Charlie est mort », « A bat la France et les juifs », …sont autant de slogans qui ont été exprimés à tue-tête par des fidèles, juste après la fin de la prière de soir.

« On était vraiment stupéfait. La plupart des personnes qui fréquentent cette mosquée ont exprimé leur joie et ont salué les deux terroristes qui ont, selon leurs dires, vengé leur prophète Mohammed », nous a déclaré un commerçant d’Alger qui a pris attache avec notre rédaction.

D’autres échos qui émanent d’Alger annonce la même chose dans le quartier Beb El Oued. Au lieu dit « Djamma Lihoud », des dizaines de jeunes ont même dansé pour fêter l’attaque de Paris contre « les mécréants ». « Il est à signaler que la plupart des Kabyles qui vivent à Alger ont condamné avec fermeté cette attaque », nous a précisé notre interlocuteur. Ce dernier a ajouté que les services de sécurité ne sont pas intervenus pour mettre fin a ces scènes de joie des algérois.

Ancien OAS 08/01/2015 19:28

Comme nous voyons sur les antenne TV qu'ils invite un imams pour s’assombrir devant le peuple Français ..Pleurer vous vous la mettent après ..

Franco-politico 08/01/2015 11:59

Qu’on cesse de considérer l’islam tel qu’il est pratiqué aujourd’hui comme compatible avec la République et qu’on agisse en conséquence. C’est-à-dire, qu’on mette fin à la communautarisation de la France sur le modèle anglo-saxon. D’abord, en supprimant le CNFM : la France ne doit connaître que des citoyens ; elle n’a pas à « organiser » une religion qui, depuis les origines et tout au long de l’histoire, a récusé la notion même de clergé. L’Islam est une religion qui met l’individu face à son dieu et n’autorise entre eux aucun intercesseur. Seuls sont référents les oulémas (ou docteurs de la foi) dont les avis font autorité au sens premier du terme, mais pas obligation. C’est quand même un comble que ce soient les Occidentaux de tradition chrétienne qui « organisent » l’Islam !!!

Rescapé de BEO 08/01/2015 10:08

Nous les voyons les grands courageux
Marine Le Pen a la pétoche…
C’est amusant de voir des gens qui a longueur d’année demandent la démission du gouvernement et d’un coup se jettent à ses pieds, sans pudeur aucune, pour demander une protection… Bon, on est du système ou on le l’est pas !

Le FN a demandé au ministère de l’Intérieur un renforcement de sa protection. Un des collaborateurs de la présidente frontiste explique ainsi au Parisien de ce jeudi 8 janvier :
Marine Le Pen, compte tenu de ses attaques récurrentes contre les dérives du fondamentalisme islamique, fait évidemment partie des personnalités politiques dites à haut risque. Il faut renforcer sa sécurité après ce qui s’est passé à Charlie Hebdo.