Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Charlie et le business « citoyen » : écœurant ! (par Marie Delarue)

15 Janvier 2015, 06:25am

Publié par Thomas Joly

Cocorico en boucle sur toutes les radios : « Le soutien à Charlie Hebdo s’exprime dans les kiosques ce matin. À 10 heures, les 700.000 exemplaires distribués ont été vendus, 5 millions supplémentaires vont être tirés. »

Depuis l’aube, on fait pleurer Mirza, Armelle et Mustapha. La France s’est levée avant le jour – parfois même, elle ne s’est pas couchée – pour « poser un acte citoyen » (qu’on nous dit) : acheter Charlie Hebdo. Le numéro 1.178, celui de la renaissance, 8 jours tout juste après la boucherie halal.

Ah, qu’elle est belle, notre France ! Qu’elle est touchante ! Qu’elle est émouvante ! Altruiste ! Généreuse ! Telle l’Assemblée qui chante « La Marseillaise » comme elle le fit le 11 novembre 1918. (Mais pas en 1944, pas au retour des camps, pas après le désastre de Điện Biên Phủ, pas pour ses morts de toutes les guerres, pas après les attentats de 1995… pas… pas… Les « vieux » doivent apprécier.)

La France citoyenne, donc, dont on nous dit qu’elle n’a pas le sens du commerce, qu’elle ignore tout du marché. Et pourtant… Un kiosquier de Belleville s’est fait voler son stock de journaux à l’ouverture. À 7 heures ce matin, Charlie Hebdo était en vente à 70 euros sur eBay. À 10 heures, il tournait autour de 300 euros. Combien, ce soir ? Un quart d’heure avant la clôture des enchères, le numéro de la semaine passée cartonne à 805 euros. Le numéro 1.011, le désormais fameux collector des caricatures, affichait 100.000 euros à 10 heures, « livraison offerte » (sic). À 13 heures, on le trouve à 2.000 euros.

Que les amateurs se rassurent : la bourse à Charlie ne va pas tarder à s’effondrer. Quand on aura vendu les 5 millions d’exemplaires qu’on nous promet, ça ne vaudra même plus le prix du papier pour se torcher.

Vous savez quoi ? Tout cela m’écœure. Je vous le dis franchement, l’angoisse me saisit devant cette société qui perd toute raison, emportée ici par l’émotion et là par l’intérêt. La « justice » vient de coller quatre ans de prison ferme pour « apologie du terrorisme » à un chauffard aviné qui a déclaré lors de son arrestation : « Il devrait y en avoir plus, des Kouachi. J’espère que vous serez les prochains. » Question : a-t-on prévu quelque chose pour les petits malins qui tentent, ce matin, de faire fortune avec Charlie ?

Source

Commenter cet article